Anderlecht (Belgique)

 

La démarche Agenda 21 local à Anderlecht (Belgique)

Résumé
Anderlecht est une des 19 villes constituant la Région de Bruxelles-Capitale. Sa population en croissance continue comprend plus de 115 000 habitants et constitue ainsi la 8e ville la plus peuplée de Belgique. Malgré une situation financière délicate, la Ville s'est lancée fin 2010 dans l'élaboration participative d'un plan d'action Agenda 21 avec le soutien financier et méthodologique du ministère régional de l'Environnement et de son administration.

Le renforcement de l'exemplarité publique et la transversalité ont constitué d'emblée les principales cibles de cette démarche. Les 63 actions de développement durable local ont été approuvées en septembre 2012 et leur mise en œuvre a été planifiée jusque fin 2014. L'évaluation intermédiaire réalisée à mi-parcours a mis en évidence des progrès conséquents: multiples collaborations avec l'économie sociale, abandon de l'usage des pesticides dans les espaces verts, développement des potagers urbains citoyens, réduction des déchets de boissons et large encouragement de la mobilité cycliste.

Anderlecht, un territoire urbain aux milles facettes

La Ville est située dans le cadrant ouest de l'agglomération et constitue un des centres agricoles les plus anciens du pays. Anderlecht s’est urbanisée au fur et à mesure de l’extension de l’agglomération bruxelloise, prenant une place prépondérante dans la vie économique de la Région. Le territoire municipal s'étend sur 18 km² et est particulièrement diversifié: il comprend des quartiers denses avec peu de verdure, un centre historique riche en patrimoines architectural et culturel, des espaces résidentiels aérés, des zonages commerciaux et industriels ainsi qu'une vaste zone agricole vallonnée, située au-delà du tronçon routier entourant l’agglomération bruxelloise. Les problématiques et les enjeux municipaux sont donc très diversifiés.

La collégiale Saints Pierre et Guidon, un des joyaux du centre ancien

La collégiale Saints Pierre et Guidon, un des joyaux du centre ancien

Le territoire comprend de nombreux pôles d'emplois : hôpital universitaire, zonages industriels et grands commerces. Néanmoins, le taux de chômage de la population est assez élevé, en particulier chez les jeunes, notamment à cause du faible niveau de formation d'une part importante de ceux-ci. Certains quartiers comprennent une forte proportion de ménages à faible niveau socio-économique. Le revenu moyen par habitant est d'environ 11 000 € (15 700 $) par habitant, un des plus bas de la région bruxelloise. Le nombre d'habitants connaît cependant une croissance continue depuis plusieurs années.

Malgré des ressources financières très limitées, le Collège des Bourgmestre et Échevins (conseil municipal) a confié en 2010 l'élaboration d'un plan d'action Agenda 21 local au service de développement durable. Celui-ci comprend trois collaborateurs, dont un agent engagé spécifiquement pour cette mission. Des projets de développement durable avaient déjà été initiés depuis plusieurs années, mais la démarche Agenda 21 vise à amplifier cette dynamique, par exemple en systématisant le tri des déchets dans chacun des bâtiments communaux et en développant des aménagements cyclables sur l’ensemble du territoire communal.

L'Agenda 21 est soutenu activement par le conseiller municipal responsable du développement durable, mais concerne l'ensemble des compétences municipales et dispose dès lors de l'appui de l'ensemble des élus locaux.

L'élaboration concertée d'un plan d'action a été financée initialement via une aide annuelle de 50 000 € (71 400 $) du ministère de l'Environnement de la Région de Bruxelles-Capitale. Cette subvention dénommée « Agenda Iris 21 » a notamment couvert les frais de salaire d'un coordonnateur Agenda 21 durant les années 2010 à 2012. Depuis lors, la Ville a pris cette dépense à sa charge et la subvention, réduite à 25 000 € (35 700 $) par an, permet de soutenir la mise en œuvre de projet concret.

Un outil d'amplification au service de la transversalité

Un des objectifs initiaux vise à faire connaître et à amplifier différentes initiatives déjà mises en œuvre par la Ville, par exemple la démarche d'alimentation saine initiée au sein des écoles ou la promotion du vélo pour les déplacements utilitaires des travailleurs et des citoyens. Ces initiatives restaient peu ou pas connues du grand public, mais également d'une proportion importante des collaborateurs municipaux.

La production maraîchère en circuit court est en voie de rénovation à Neerpede

La production maraîchère en circuit court est en voie de rénovation à Neerpede

Le projet vise également à améliorer la transversalité de l'action municipale en renforçant les collaborations entre les différents départements via des groupes de travail interservices tels qu’EcoTeam, Potagers communaux, Événements durables. De plus, la démarche visait à accroître l'exemplarité du pouvoir public local en matière de durabilité. Des résultats significatifs ont été atteints notamment en termes d'éco-gestion dans l'administration et de politique d'achats durable.

L'octroi de la subvention régionale « Agenda Iris 21 » a été un élément favorisant le lancement de la démarche. De plus, les exemples d'autres villes bruxelloises élaborant leur propre Agenda 21 local ont également été source de motivation et d'inspiration.

Un pilotage local et une aide régionale

Un comité de pilotage a été mis en place afin d'orienter et de soutenir l'élaboration et la mise en œuvre d'un plan d'action. Celui-ci est constitué de représentants des élus, dont le conseiller municipal responsable du développement durable, ainsi que des directeurs des principaux départements et les responsables des services transversaux tels que ceux concernant l'information, la participation et le développement urbain.

Ce comité se réunit 2 à 3 fois par an. Outre la définition des grandes orientations de l'A21, il a validé le processus méthodologique développé tout au long du projet. Les participants ont assuré une relecture attentive de l'ensemble des documents d'orientation, de programmation et d'évaluation de l'A21. Malgré l'ampleur du projet, la fréquence de réunion est restée modérée durant la phase de mise en œuvre, car la programmation des actions a été suffisamment détaillée pour  permettre une concrétisation relativement autonome par les porteurs d'actions.

Dans le cadre de la subvention accordée par le Ministère régional de l'Environnement, des comités de suivi rassemblant la Ville et des représentants régionaux ont été organisés deux fois par an. Ces réunions ont permis de présenter les différentes phases du processus et d'identifier les enjeux et les points d'attention à prendre en considération dans la mise en œuvre concrète du projet.

Une démarche participative et soutenue

Le diagnostic et le plan d'action Agenda 21 ont été élaborés entre septembre 2010 et juin 2012. La mise en œuvre des actions a débuté dès 2012 et a été programmée jusqu'à la fin de l'année 2014. Après évaluation, un nouveau plan d'action pourrait être envisagé pour la période 2016-2018.

Un diagnostic territorial a été élaboré de manière concertée avec les services municipaux, les habitants et les associations locales. Celui-ci a été structuré en trois parties portant chacune sur un des trois piliers de la durabilité: l'environnement, le social et l'économie. Une quatrième partie portant sur le territoire et la mobilité a également été développée.

Abondamment illustrés, ces documents synthétiques sont basés sur l'expertise de personnes-clés au sein de l'administration et ont ensuite été soumis à la relecture citoyenne avant prise d'acte par les autorités locales en mars 2011.

Le diagnostic partagé a été complété suite aux remarques des citoyens

Le diagnostic partagé a été complété suite aux remarques des citoyens

Le diagnostic a permis d'identifier 18 axes d'améliorations transversaux balayant les 4 aspects du diagnostic ainsi que les enjeux en matière de gouvernance. Le premier axe a d'ailleurs porté sur le renforcement de l'exemplarité municipale en matière de durabilité.

La mise en œuvre de ces objectifs à long terme a ensuite été transcrite en 63 actions concrètes. Dans un souci de réalisme et d'opérationnalité, chaque action a été détaillée dans une fiche identifiant clairement le porteur de l'action, les partenaires, les rôles, les missions de chacun et les éventuels moyens complémentaires nécessaires. Une attention particulière a été apportée afin d'identifier et de planifier des actions réalistes en fonction des enjeux et des contraintes locales, en privilégiant le principe « Faire mieux avec les moyens existants ».

Les citoyens ont été invités à s'impliquer dans le processus de définition du plan d'action via sept  ateliers et forum participatif. Ceux-ci ont été organisés en étroite collaboration avec l'équipe de la Maison de la participation, un service municipal chargé de faciliter l'implication des citoyens dans la vie locale. Les compte-rendu des réunions sont disponibles sur leur site web.

Les citoyens prennent connaissance des documents élaborés via un mini exposition

Les citoyens prennent connaissance des documents élaborés via un mini exposition

Ces soirées participatives ont permis d'une part de transmettre des informations aux citoyens, mais également de collecter leurs avis et propositions. Les échanges en petits groupes ont été systématiquement privilégiés. Le processus s'est également adapté suite aux remarques et suggestions des participants exprimés lors des moments d'évaluation « baromètre » organisés à la fin de chaque soirée: les participants ont été invités à se positionner dans la salle en fonction de leur appréciation de la rencontre et à émettre des suggestions d'amélioration du processus.

Une communication en texte et en vidéo

Différents outils de communication ont été développés afin de susciter l'intérêt des citoyens pour la démarche Agenda 21 et de les informer des avancées:

  • une brochure présentant les réalisations et les projets Agenda 21;
  • des panneaux illustrés présentant les 63 actions Agenda 21 utilisés lors des stands d'information et de sensibilisation;
  • des capsules vidéo illustrant les progrès réalisés en matière d'alimentation durable, de politique d'achat, de mobilité cycliste, d'écogestion, de participation citoyenne et de préservation de la zone agricole de Neerpede;
  • une page municipale sur le blogue régional illustrant les avancées concrètes en matière de développement durable;
  • des articles réguliers dans le journal municipal distribué à 45 000 exemplaires.

 

Une des six capsules vidéos présentent les premiers progrès réalisés dans le cadre de l'Agenda 21

Une évaluation en deux actes

Une évaluation intermédiaire a été effectuée entre janvier et mars 2014 afin d'identifier les progrès déjà réalisés et les points d'amélioration à mettre en œuvre durant la dernière année du plan d'action. Le principe d'organisation d'une évaluation intermédiaire et finale avait été défini dès 2012 lors de l'approbation du plan d'action.

Les progrès réalisés ont été évalués pour chaque action sur base d'un ou deux indicateurs. Quand cela était possible et pertinent, le choix d'indicateurs quantitatifs a été privilégié afin d'objectiver au maximum l'évaluation et de permettre une représentation graphique de l'évolution de ces données.

Par exemple, l'usage par le personnel des vélos de services a été évalué sur base du nombre an annuel d'utilisations reprises dans le registre du site de l'Hôtel communal. La dynamisation des structures consultatives a été quant à elle été évaluée sur base du nombre annuel de réunions de ces instances.

L'évolution des surfaces favorable à la biodiversité a constitué un indicateur d'évaluation de l'action « Un peu de vie au Cimetière »

L'évolution des surfaces favorable à la biodiversité a constitué un indicateur d'évaluation de l'action « Un peu de vie au Cimetière »

Une fiche d'évaluation a été rédigée et reprend la présentation des indicateurs ainsi que l'évaluation du niveau de mise en œuvre parmi 4 niveaux décroissants: très satisfaisant, satisfaisant, peu satisfaisant ou absence de progrès. Des pistes d'amélioration ont été identifiées pour l'année 2014. Par exemple, le renforcement de l'information auprès des responsables de service sur la disponibilité des vélos communaux ou la création d'une page web pour chaque instance consultative reprenant son objectif, sa composition et une présentation de ses activités.

Ces fiches ont été rédigées par le service du développement durable en collaboration avec les porteurs d'actions. Elles ont ensuite été discutées et validées par le comité de pilotage: demande d'informations complémentaires par rapport aux indicateurs, ajustement du niveau de progression pour l'ensemble de l'action, identification des mesures d'amélioration et des services chargés de leur mise en œuvre.

Cette évaluation intermédiaire a ensuite été soumise à l'approbation des instances politiques. Un forum d'information des citoyens a été organisé en avril 2014 afin d'échanger avec les habitants autour des résultats obtenus.

 

Une durabilité croissante des pratiques administratives et de gestion du territoire

Des progrès très satisfaisants ont été réalisés à différents niveaux. Dans certains domaines, leur exemplarité est reconnue au niveau régional. La commune est ainsi régulièrement sollicitée pour intervenir lors de formations et de workshops sur le thème des marchés publics durables ou des initiatives d'écogestion.

La plus-value environnementale et sociétale des dépenses de la Ville a été largement

Le réaménagement d'un potager urbain a été confié avec succès à des travailleurs porteurs de handicaps légers

Le réaménagement d'un potager urbain a été confié avec succès à des travailleurs porteurs de handicaps légers

renforcée par l'insertion de clauses écologiques  et sociales dans les marchés publics. Les produits et services à faible empreinte écologique ont été privilégiés: papier recyclé, cartouches d’encre reconditionnée, détergents écologiques... La démarche d'alimentation biologique et de saison a été renforcée dans les cantines scolaires et les restaurants sociaux.

Les collaborations avec l'économie sociale ont été développées dans le cadre des  travaux d’aménagement d'espaces verts et de rénovation des bâtiments, mais également pour la distribution mensuelle du journal municipal, assurée depuis 2012 par une entreprise de travail adapté.

Du côté des aménagements urbains, le vélo est un moyen de transport économique, rapide et bon pour la santé. La Ville d'Anderlecht a développé un maillage d'itinéraire cyclable afin de favoriser l'usage du vélo pour les déplacements utilitaires quotidiens. Empruntant des voiries à faible trafic ou équipées de pistes cyclables, ces tracés sont balisés via des panneaux directionnels et un marquage au sol. Complément indispensable, l'offre en stationnement vélo a été largement développée à proximité des bâtiments publics, des parcs et des écoles. Ces aménagements sont utiles: le nombre de cyclistes observés augmente de 10% chaque année.

Les comportements d'écogestion ont été largement promus et favorisés dans le fonctionnement de l'administration avec le soutien d'une « EcoTeam » interservices. Ces nouveaux comportements visent une utilisation rationnelle de l'énergie, des économies de papier et une réduction des déchets à la source. L'installation de fontaines à eau couplée à la distribution de carafes à eau et de gourdes a quasiment supprimé les achats d'eau en bouteille.

L'action « Chokotoff » encourage les membres du personnel à éteindre leur ordinateur en fin de journée

L'action « Chokotoff » encourage les membres du personnel à éteindre leur ordinateur en fin de journée

Les espaces favorables à la biodiversité ont été renforcés dans les espaces verts municipaux. L'usage des pesticides a été complètement supprimé depuis le 1er janvier 2014 au profit de  nouvelles techniques de gestion de la végétation spontanée. L'entretien « zéro pesticide » du cimetière municipal a constitué un acte fort de cette démarche transversale, même si l'acception de certaines mesures par les visiteurs doit encore être développée via une communication didactique.

La Ville a contribué activement au (re)développement d'espaces potagers collectifs et individuels. Outre la production de fruits et légumes sains et variés, ces sites contribuent significativement à la convivialité locale et à la cohésion sociale. De plus, le projet « Maison verte et bleue » lancé depuis septembre 2011 permet aux citadins de découvrir, à deux pas de chez eux, la richesse des paysages ruraux et la biodiversité de la zone de Neerpede. La vocation agricole de Neerpede est également valorisée et des projets de redynamisation de la production maraîchère sont en cours.

 

Difficultés et défis

« Seul, on marche plus vite, à deux, on marche plus loin »

Le développement de la transversalité au sein d'une administration municipale comptant plus d'un millier d'agents travaillant dans plus de quarante services dispersés sur une dizaine de sites d'exploitation est un travail de longue haleine. L'Agenda 21 local permet de renforcer les liens et de développer des collaborations stimulantes entre des services qui parfois ne se connaissent même pas!

Les défis à relever ne manquent pas: faire connaître les enjeux du plan d'actions auprès des nouveaux agents intégrant l'administration, assurer la poursuite des actions dans un contexte où les moyens humains et financiers stagnent voir diminuent, maintenir une communication régulière sur les résultats engrangés, etc.

Dans ce contexte, la dynamique Agenda 21 d'Anderlecht n'aurait pas pu se développer efficacement sans le soutien financier et l'accompagnement assuré par le ministère régional de l'Environnement et ses partenaires. La mise en réseau avec les autres collectivités bruxelloises engagées dans un Agenda 21 constitue une précieuse source de motivation et d'inspiration.

Impliquer durablement les citoyens dans un projet si vaste et si long n'est pas chose aisée. L'organisation et l'animation de forums et de rencontres participatives représentent un défi majeur pour lequel il est essentiel de bien s'outiller. La collaboration avec des professionnels des processus participatifs constitue un atout précieux et non pas un luxe inutile. Ces experts externes apportent des idées neuves et bénéficient de compétences bien utiles issues des processus déjà réalisés dans d'autres collectivités locales.

Outre les avancées concrètes en matière de décloisonnement des approches et de réduction de l'empreinte écologique, la dynamique territoriale, telle que l`Agenda 21 local constitue une belle aventure humaine et une inépuisable, source de rencontres et de réflexions vers un mode de vie plus épanouissant pour tous.

P15 - promenade

Comment citer ce texte ?

BOURGOIS, C. (2014). « La démarche Agenda 21 local à Anderlecht (Belgique) ». Dans GAGNON, C. (Éd). Guide québécois pour des Agendas 21e siècle locaux : applications territoriales de développement durable viable, [En ligne] http://www.demarchesterritorialesdedeveloppementdurable.org/anderlecht-belgique/ (page consultée le jour mois année).

Dernière modification: 19 novembre 2014

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


cinq × = 35

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>