Azé (France)

 

Emeline Joly

Une préoccupation des élus pour le développement durable menant à la démarche d’Agenda 21 de la Commune d’Azé (France)

Résumé

La Commune d’Azé compte 3500 habitants (2015) et fait partie de l’Agglomération de Château-Gontier dont la frontière naturelle ouest est la rivière Mayenne. Sa population se concentre principalement dans le bourg. La démarche d’A21 se caractérise par une forte implication des élus, qui ont lancé la dynamique en recrutant une chargée de mission plutôt qu’un bureau d’études. La concertation se veut large, en impliquant la société civile et les acteurs locaux.

Description du territoire

Carte 1. Azé en France Source: géoclip

Carte 1. Azé en France
Source: géoclip

La population de la commune est en croissance constante même si un certain ralentissement se fait sentir ces dernières années. La densité de population est de 110 habitants au km². Une population jeune se concentre dans les nouveaux lotissements alors que des couples retraités occupent les lotissements des années 80 à 90, d’où une certaine mixité sociale.

La surface agricole utile (SAU) occupe 67 % du territoire et le milieu agricole reste bien présent dans la commune malgré une forte baisse du nombre d’exploitants depuis 50 ans. Les inquiétudes nationales par rapport au futur des exploitations agricoles n’épargnent pas la commune : vieillissement des chefs d’exploitation, difficulté pour reprendre les exploitations, augmentation des coûts et baisse des revenus, etc. L’économie est aussi portée par les services : de nombreux commerçants et artisans sont présents dans la commune. L’industrie est présente dans la commune et dans les zones intercommunales.

Vue aérienne d'Azé

Vue aérienne d'Azé

Présentation du projet et motivations

Depuis plusieurs années déjà, la Commune d’Azé a amorcé une démarche environnementale, notamment grâce à l’implication de son maire de 2001 à 2014. Progressivement, l’ensemble du conseil municipal y a été sensibilisé.

La logique de développement durable s’est peu à peu imposée aux conseils municipaux successifs jusqu’à aujourd’hui. Une commune voisine, Bierné, a élaboré son Agenda 21 en 2012, lequel a été labellisé en 2015. Cela a inspiré l’équipe actuelle d’élus qui a souhaité se saisir des enjeux sociaux, économiques et environnementaux déclinés dans la notion de développement durable. C’est ainsi que l’élaboration d’un Agenda 21 local est finalement apparue comme une suite logique et évidente des actions précédemment engagées (voir encadré 1) .

La mise en œuvre d’un Agenda 21 correspond à une nécessaire mise en sens et en cohérence de l’ensemble des actions menées : des projets communaux élaborés sur les dix dernières années aux futures actions en passant par les réalisations en cours.

Encadré 1- Réalisations tenant compte du développement durable dans la commune d’Azé

2001 à 2004 : Travaux d’isolation thermique de divers logements communaux

2003 : Schéma directeur de circulation routière

2004 : Construction de la passerelle, axe majeur du réseau de voies douces actuel

2005 : Mise en place d’horloges sur éclairage public, puis d'un programme « éco-éclairage »

2007 : Étude thermique au groupe scolaire

2007 : Étude urbanistique puis création d'un 1er quartier « raisonné » (approche AEU secteur de la Mitraie)

2008 : Mise en route des « repas de quartiers », action favorisante de mixité et de lien social

2008 à 2010 : Travaux sur l’école élémentaire : isolation thermique et ventilation double flux

2009 : Création de l’office des sports, de la culture, de l’animation et des loisirs d’Azé (OSCAL), association loi 1901 fédératrice d’actions citoyennes

2009 : Construction de la résidence des Ombelles (habitat regroupé de personnes âgées)

2010 : Programme de replantatation de haies bocagères sur le domaine communal

2012 : Audit énergétique de huit logements communaux

2012 : Travaux de rénovation thermique de logements communaux

2013 : Isolation thermique de la salle omnisports

2013 : Implantation de trois ruches en lotissement pour accompagner une initiative citoyenne

2013 : Acquisition d’un véhicule électrique par la commune

2013 à 2015 : Étude pour la réhabilitation des quartiers pavillonnaires anciens dans une démarche de densification urbaine

2014 : Déploiement du réseau de voies douces

2014 : Création d’un espace de loisirs et santé pour tous

2015 : Programme pluriannuel de rénovation durable des bâtiments communaux

2016 : Rénovation énergétique de l’école maternelle

2016 : Création d’une maison des associations

La démarche est portée et financée par la municipalité. Une subvention de la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (DREAL) est accordée sur deux ans pour financer le poste de la chargée de mission Agenda 21. Toutefois, la municipalité espère aussi que d’autres porteurs de projets s’empareront de ce programme pour mener différentes actions. Ainsi, certaines opérations pourront être menées par les associations, par les citoyens, etc. D’autres seront portées en partenariat avec la Chambre d’agriculture, avec la Communauté de communes, avec le Groupe d’action local (GAL Sud Mayenne), etc. Ainsi, le financement et la mise en œuvre de ce programme seront faits en partenariat avec les acteurs du milieu.

Structure de travail

Plusieurs groupes de travail ont été mis en place dans le cadre de la démarche d’Agenda 21 :

  •  La commission Agenda 21 est composée de 7 élus municipaux : le maire, l’adjoint en charge de l’aménagement du territoire, le délégué à l’Agenda 21, la déléguée au Conseil municipal des enfants (CME), la déléguée au Centre communal d’action sociale (CCAS), le délégué au développement numérique et le délégué à l’organisation des manifestations communales. Elle se réunit presque tous les mois pour discuter, pour organiser et pour valider les différentes phases de concertation, l’avancement de l’élaboration du diagnostic et du plan d’action…
  • Le comité de pilotage valide les grandes phases de l’élaboration de l’Agenda 21. Aux membres de la commission Agenda 21 s’ajoutent la directrice générale des services, le chargé de mission Agenda 21 du Département de la Mayenne, l’ancien maire et actuel conseiller départemental, un représentant du comité 21, de la DREAL, du GAL Sud Mayenne et de la société civile.

Des ateliers de concertation sont organisés afin d’impliquer la population et de favoriser la participation de la société civile. Diverses stratégies sont apparues à cet effet :

  • Un grand nombre de participants sont des volontaires ayant laissé leurs coordonnées lors de leur réponse au questionnaire destiné aux habitants et distribué dans tous les foyers de la commune en novembre 2014.
  • Pour certains ateliers, selon les différentes thématiques, des invitations ont été envoyées par courriel ou distribuées par courrier à l’attention des acteurs concernés: associations, exploitants agricoles, commerçants-artisans, professionnels de la santé, etc.
  • Pour deux réunions, un tirage au sort a été effectué à partir des listes électorales. Les personnes désignées ont reçu un courrier personnel les invitant à ces réunions.
  • Enfin, quelques personnes de la société civile sont venues s’inscrire directement auprès de la chargée de mission Agenda 21 après la parution d’articles dans la presse, sur le site Internet ou dans le bulletin communal.

Des réunions publiques sont organisées à la fin de chaque phase (diagnostic, stratégie de développement, plan d’action) afin de partager le travail effectué avec le plus d’habitants possible. Ainsi, des invitations sont distribuées à tous les foyers. Des articles s’en font l’écho dans la presse locale ainsi que dans le bulletin communal et sur le site Internet de la commune. Des affiches sont postées dans des endroits stratégiques (commerces, écoles, mairie) et des messages sont publiés sur les deux panneaux lumineux de la commune.

Déroulement de la démarche

Le lancement officiel de l’Agenda 21 s’est déroulé le 18 septembre 2015. L’adoption de l’Agenda 21 par le Conseil municipal devrait intervenir en février 2017. Le programme en question sera mené sur 3 ans, soit de 2017 à 2020. Un nouveau programme pourra être relancé après les élections municipales de 2020.

Diagnostic

Le diagnostic a été large et partagé : 68 entretiens ont eu lieu auprès des acteurs locaux, soit les présidents d’association, les commerçants, les exploitants agricoles, les élus municipaux, les agents de l’intercommunalité, les agents communaux, etc. Ce sont 25 % des foyers azéens qui ont répondu au questionnaire destiné aux habitants et distribué dans leur boîte aux lettres.

Les données statistiques utilisées pour le diagnostic sont issues de l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE), de l’Agreste, de la Base permanente des équipements, de Sit@del pour les constructions et les logements, etc. De plus, les documents départementaux sur les risques ont aussi été mis à contribution, tout comme les documents intercommunaux comme ceux sur la gestion des déchets et ceux du schéma de cohérence territoriale (SCoT). Le plan local d’urbanisme intercommunal a aussi été consulté, même si sa révision commence fin 2016, par le service urbanisme de la communauté de communes, assisté d’un bureau d’études.

Les principales caractéristiques du territoire, présentées dans l'encadré 2, sont issues des conclusions du diagnostic. Il est organisé en 4 thèmes (aménagement du territoire, développement économique, environnement et vie sociale) et 17 thématiques (population, agriculture, tourisme, eau, énergie, associations, enfance-jeunesse, …). Les fiches diagnostic-enjeux seront présentées sur le futur site Internet de la commune.

Encadré 2- Principales caractéristiques du territoire

  • Une commune au développement géographique contraint par la Mayenne et par la commune voisine de Château-Gontier, l’obligeant à se déployer sur sa campagne ;
  • Une prépondérance des résidences individuelles, de grandes tailles et vieillissantes ;
  • Une population jeune, mais vieillissante, plutôt épargnée par le chômage et la pauvreté ;
  • Un cadre de vie de qualité grâce à de nombreux espaces naturels, de repos et de loisirs et des services et commerces de proximité ;
  • Une activité agricole bien présente, mais en déclin ;
  • Une forte présence des artisans sur la commune et des commerçants regroupés dans le centre commercial Saint-Aventin ;
  • Des associations nombreuses et variées, ainsi que de multiples animations (communales ou non) participant au lien social.

Ces conclusions ont été partagées avec la population lors de la première réunion publique de l’Agenda 21 le 2 février 2016, ce qui a conclu la phase de diagnostic.

Stratégie de développement

La stratégie de développement a été élaborée suite aux trois  ateliers de concertation. Les deux premières réunions ont permis de bien cerner les enjeux prioritaires du territoire. Différents scénarii ont ensuite été imaginés à partir de ces enjeux. Enfin, le dernier atelier a permis de poser la stratégie de territoire afin d’atteindre ces scénarii.

La stratégie « Osons Azé ensemble », résumée dans le schéma ci-dessous, a été présentée à la population lors d’une réunion publique participative le 7 juin 2016. Les personnes présentes ont pu commencer à se projeter dans l’Agenda 21 en proposant des idées d’actions correspondant aux quatre axes stratégiques :

  • Une place pour tous ;
  • Des services de proximité, connectés, attractifs et responsables ;
  • Des actions humazéennes d’enrichissement mutuel ;
  • Une valorisation de l’espace de vie partagé.

stratégies Azé 1stratégies Azé 2

Plan d'action

Le plan d’action a été élaboré au cours de 4 réunions participatives, portant chacune sur l’un des 4 axes de la stratégie de développement. Les réunions ont rassemblé de 21 à 55 personnes, dont des élus, des habitants et des représentants des secteurs clés (associations, agriculture, commerce, santé, …). Des petits groupes étaient formés afin de travailler sur les trois objectifs stratégiques de chaque axe.

La communication des moments de concertation (atelier ou réunion publique) auprès du grand public se fait principalement par les moyens habituels : articles dans la presse locale, affichage de message sur les panneaux lumineux et d’information de la commune, bulletin communal trimestriel « Azé Actu », site Internet et page Facebook.

De plus, pour les réunions de partage, des invitations sont aussi adressées à tous les foyers de la commune, directement dans les boîtes aux lettres, afin de s’assurer que chacun dispose de l’information sans avoir à aller la chercher. Ces invitations sont aussi transmises aux présidents des associations auxquels il est demandé de transmettre l’information à tous leurs membres.

Les réunions publiques de partage des grandes phases de l’Agenda 21 sont aussi un moyen de communiquer et d’informer la société civile de l’avancée de l’élaboration du programme.

Suivi

L’évaluation et le suivi de l’Agenda 21 sont prévus, mais ne sont pas encore mis en place car le programme d’action n’étant encore ni écrit, ni adopté.

Des évaluations des ateliers de concertation et des réunions publiques sont cependant déjà faites afin de partager la culture de l’évaluation.

Conclusions préliminaires

L’Agenda 21 n’est pas encore mis en place à Azé. Cependant, des conclusions préliminaires se dégagent déjà.

  • La concertation citoyenne, essentielle à la démarche, semble difficile à mettre en place. Même si les élus ont manifesté leur volonté à appuyer le projet, l’implication et la mobilisation des citoyens sont assez faibles. Les premiers ateliers de concertation ont réuni entre 11 et 18 habitants et ont pu rassembler jusqu’à 55 personnes  pour l’axe 2. Quant à elles, les réunions publiques ont attiré une centaine de personnes. Dans l’ensemble, cela représente une participation relativement faible au sein d’une commune de près de 3500 habitants.
  • Les personnes impliquées dans la démarche sont celles qui participent généralement à la vie de la commune. Il est difficile de faire participer les personnes qui ne font pas partie des associations municipales et qui ne s’investissent pas dans les manifestations communales, et ce, même en ayant recours au tirage au sort à partir des listes électorales, en déposant des courriers personnalisés dans les boîtes aux lettres ou en lançant des invitations par courriel.
  • Le fait de réussir à rejoindre et à impliquer plus d’habitants de la commune d’Azé dans la démarche d’Agenda 21 représente donc un défi à relever.
  • Le sens même du développement durable est compliqué à faire comprendre et est souvent  réduit au pilier environnemental ; il peine à séduire en étant doté de nombreux préjugés. Les élus maitrisent en partie cette notion. Le personnel communal est plus réservé encore, notamment car certaines actions mises en place auront des impacts sur leurs méthodes de travail et sur leurs tâches quotidiennes.

En complément

Fiches diagnostic- enjeux territoriaux

Article (4 mars 2016) Premiers résultats du questionnaire sur la commune

Article (17 juin 2016) Agenda 21: la stratégie de développement validée 

Comment citer ce texte ?

JOLY, E. (2016). « Une préoccupation des élus pour le développement durable menant à la démarche d'Agenda 21 de la Commune d'Azé (France) ». Dans GAGNON, C. (éditrice). Guide québécois pour des Agendas 21e siècle locaux : applications territoriales de développement durable viable, [En ligne] http://demarchesterritorialesdedeveloppementdurable.org/aze-france/ (page consultée le jour mois année).

Dernière modification: 30 novembre 2016

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


4 × = seize

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>