Kipawa

 

Claude Brisson

Un plan de développement durable pour la nouvelle Municipalité de Kipawa

Résumé

La préparation du plan de développement durable de Kipawa, municipalité de la MRC de Témiscamingue, est en cours depuis 2010. Il est basé sur le respect de l'environnement et des aspirations des citoyens et de la règlementation en vigueur.

Description du territoire

Municipalité cadette de la MRC de Témiscamingue (1985), Kipawa est localisée dans la partie sud du comté. La taille de son territoire (47km2) et de sa population (550 h.) font de celle-ci une des plus petites municipalités de la région de l'Abitibi-Témiscamingue. Située à proximité de la Ville de Témiscaming, sa stratégie de développement repose principalement sur la mise en valeur du Lac Kipawa considéré comme un des 10 plus beaux lacs du Québec. De nombreuses entreprises touristiques tentent de le mettre en valeur.
La présence d’une communauté autochtone algonquine importante et celle de la communauté d’Eagle Village qui est complètement enclavée dans le périmètre urbain de la municipalité de Kipawa font en sorte que notre territoire s’est structuré autour de trois langues et cultures, soit le français, l’anglais (Ontario) et l’algonquin. Kipawa est un exemple d'intégration réussie de communautés différentes qui vivent en paix et profitent, les uns et les autres, de la richesse des valeurs et traditions de chacune.

Motivations et orientations de la démarche de développement durable

La relative jeunesse de la Municipalité a fait en sorte que les autorités précédentes ont eu à mettre en place les infrastructures nécessaires au développement telles que les routes, les bâtiments municipaux, les usines de traitement des eaux usées, etc. Cependant, le présent conseil municipal a décidé qu’il fallait, en plus de pourvoir aux besoins de base, assurer un développement durable axé sur trois principes directeurs:

  • 1. respect des aspirations de sa population;
  • 2. respect de l'environnement;
  • 3. respect des règlements en vigueur.

La culture algonquine prône que les utilisateurs de la nature doivent respecter les vrais propriétaires, identifiée comme la huitième génération. Cela indique clairement que tout développement devrait intégrer le respect de la nature et la préservation de celle-ci.

Le plan de développement antérieur de la Municipalité visait la consolidation des infrastructures. Le nouveau plan devait donc continuer dans la lancée tout en tenant compte des trois principes directeurs. Le Conseil municipal a donc organisé (printemps, 2010) trois ateliers d’une journée où la population locale a été invitée à s’exprimer sur les orientations actuelles de développement et celles à venir. Les élus étaient conscients que la taille de son territoire (carte de la municipalité) et celle de sa population limiteraient les ressources consacrées à la réalisation d'actions de même que leur influence sur les acteurs exogènes.

Planification et élaboration du plan de développement durable (DD)

Des moyens ont été mis en place afin de s’assurer de rejoindre toute la communauté kipawaise. Une vingtaine de personnes ont assisté à chacune des rencontres et celles-ci représentaient tous les groupes sociaux.

  • population locale ;
  • autochtones ;
  • aînés ;
  • jeunes ;
  • représentants du comité de bien-être municipal (Kipawa Citizens Leisure Association) ;
  • gens d'affaires et commerçants.

Les ateliers de travail, animés par les élus municipaux, ont permis de déterminer 7 enjeux majeurs (voir ci-dessous) dont la Municipalité devrait tenir compte lors de la rédaction de son plan d'actions de DD.
Les attentes de la population touchaient des domaines variés allant du développement de l’offre touristique respectueuse du Lac, le maintien de la qualité de son eau à son désir de ne pas se fusionner avec la ville voisine Témiscaming. Une fois ces consultations terminées et les attentes connues, les élus devaient maintenant « livrer la marchandise » et aller de l’avant avec un plan sur quatre ans.

La première action réalisée fut l’embauche d’un agent de développement (2010). Sa principale tâche est d’élaborer un plan de DD tout en tenant compte des désirs exprimés par la population lors des ateliers. Celui-ci n’ayant pas assisté aux rencontres avec la population, il pouvait cependant compter sur la présence du Maire, qui, en plus d’exercer cette fonction, est le Grand Chef de la nation Algonquine; cela a permis d’ancrer solidement la démarche.

Préparation du plan d'action de développement durable

La préparation du plan d'action de DD s’est fait à l’automne 2010. Le processus suivi se décline en 8 étapes:

  1. préparation du plan en lien avec les rencontres ;
  2. rencontres périodiques avec le Maire afin de recentrer la démarche ;
  3. présentation du document préliminaire au Maire en janvier 2011 ;
  4. modifications et acceptation ;
  5. présentation au Comité d'urbanisme ;
  6. commentaires et acceptation des principes en avril 2011 ;
  7. présentation au Conseil municipal en mai 2011 et acceptation en juin 2011 ;
  8. présentation à la population par la suite.

Enjeux du plan d'action

Le plan d'action de DD compte 8 enjeux. Le huitième enjeu a été ajouté par le Conseil; il ne faisait pas partie des attentes lors des ateliers. Cet ajout découle de la situation économique locale. Les enjeux s'expriment ainsi:

  • répondre adéquatement aux besoins de la population résidente et attirer de nouveaux résidents ;
  • éviter la fusion avec la Ville de Témiscaming ;
  • annexer les territoires non organisés de la MRC au territoire de la Municipalité, suite à une négociation ;
  • gérer la ressource eau et préserver sa qualité ;
  • maintenir et renforcer l'attractivité touristique ;
  • promouvoir de saines habitudes de vie pour une meilleure santé physique et mentale de la population ;
  • gérer adéquatement les matières résiduelles ;
  • travailler à la relance de la Cie Commonwealth Plywood et à d'autres opportunités économiques.

Une fois les enjeux cernés, des actions ont été identifiées. C’est là que les principes directeurs prirent toute leur importance. Comme mentionné, les moyens limités de la Municipalité et son influence relative au niveau régional allaient compliquer la réalisation des actions. Cependant, les autorités municipales, voulant provoquer des changements au niveau microrégional, ont utilisé les tribunes publiques. À titre d’exemple, la Municipalité a profité des consultations du Conseil Régional des Élus (CRÉ) sur le plan de développement des ressources pour soumettre l'idée d'un mécanisme de contrôle de la vidange des installations septiques des bateaux-maisons naviguant sur les plans d’eau. De même, une politique de nettoyage des embarcations avant leur mise à l’eau, afin d’éviter la prolifération d’espèces non-indigènes ou maladies, a été proposée à la CRÉ et à l’Organisme de bassin versant du Témiscamingue. Enfin, une demande a été envoyée au ministère de Ressources Naturelles et de la Faune afin d’intégrer une station de nettoyage, lors de la rénovation de nos installations de mise à l’eau sur le Lac Kipawa. Une politique de gestion des vidanges des installations septiques des riverains est aussi identifiée comme nécessaire.

Une autre action du plan de développement, concernant l'enjeu sur les besoins de la population résidente et l'attraction de nouveaux résidents. vise le projet de développement domiciliaire. Celui-ci devra intégrer les principes énumérés dans le Guide intitulé « La biodiversité et l’urbanisation » du Ministère des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire (MAMROT). Cela correspond au principe directeur défini comme suit: « le respect de l’environnement sera la pierre d’assise de tels projets afin de permettre une approche de développement basée sur les techniques avant-gardistes au lieu de celles traditionnelles souvent en conflit avec les orientations ministérielles ». Une autre action vise la prise en charge des matières résiduelles des touristes et les plaisanciers afin de réduire l’impact environnemental sur le lac.

Le défi est donc de taille, mais la population locale a été claire dans ses attentes et volontés: il faut conserver la qualité de vie des résidents afin de pouvoir offrir aux générations futures le même environnement que nous possédons présentement.

Réalisations

Bien que le plan de DD n’ait été mis en place que récemment, des actions concrètes ont déjà eu lieu:

  • concertation avec l’Organisme du bassin versant du Témiscamingue et du ministère des Ressources naturelles et de la Faune pour la mise en place d’une station de lavage des embarcations et de vidange des bateaux-maisons ;
  • introduction des critères du Guide « La biodiversité et l’urbanisation » par le promoteur dans son projet de développement domiciliaire ;
  • consultations sur l’ouverture d’un Écocentre afin de traiter les encombrants des résidences et les matières résiduelles des plaisanciers et touristes ;
  • échanges avec les autorités de la communauté autochtone d’Eagle Village et le comité de loisirs de Kipawa afin de construire un centre communautaire intergénérationnel permettant l’épanouissement tant des jeunes que de nos ainés;
  • sensibilisation de autorités de la MRC au désir de regrouper tout le territoire du lac Kipawa dans les limites municipales afin d'avoir une vision d’ensemble et une gestion intégrée de celui-ci, notamment avec ’arrivée prochaine de mines à proximité ;
  • refonte du site internet de la Municipalité afin que celui-ci soit plus convivial.

Difficultés rencontrées et défis à relever

L’application des principes de DD, contenus dans la Loi 118 et dans la Stratégie gouvernementale de développement durable, au niveau des localités et régions prend un certain temps, car il suppose des changements dans la façon de penser et de faire le développement.
Les nouveaux objectifs gouvernementaux de réduction du déficit font aussi en sorte que le financement de certaines activités est beaucoup plus difficile à obtenir. Une aide gouvernementale est capitale pour les dossiers touchant les infrastructures, par exemple de gestion de l'eau, dans les petites municipalités sises en région.

Le Témiscamingue souffre encore des crises forestière et économique ayant frappé le Canada. Cette microrégion n’a pas réussi à faire retomber son économie sur les rails, contrairement à des régions limitrophes de la nôtre comme l’Abitibi qui peut compter sur l’explosion du secteur minier.

Finalement, la lourdeur des structures administratives et le grand nombre de paliers décisionnels diluent les possibilités d’action dans plusieurs domaines. Par exemple, la CRÉ de la région administrative n’a pas encore clairement défini les processus d’application des mesures de son PDIRT. Ce plan de développement régional devra être défini et approuvé avant que toute action locale soit mise en place.

Finalement, il semble que la population soit à l’aise avec la nouvelle vision contenue dans le plan de développement durable local. Les commentaires obtenus et l’enthousiasme manifestés par la communauté permettent de rassurer les élus sur les décisions prises et leur correspondance avec les attentes.

Comment citer ce texte ?

BRISSON, C. (2011). « Un plan de développement durable pour la nouvelle Municipalité de Kipawa ». Dans GAGNON, C. (Éd). Guide québécois pour des Agendas 21e siècle locaux, [En ligne] http://soluss.uqac.ca/AL21/9595_fr.html (page consultée le jour mois année).

Pour aller plus loin...

Carte de Kipawa
Municipalité de Kipawa
Document sur la biodiversité et l'urbanisation
Les 10 plus beaux Lacs du Québec
Communauté d'Eagle village
MRC de Témiscamingue
MAMROT
Portrait de la municipalité de Kipawa

Dernière modification: 9 juillet 2014

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


× 5 = vingt

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>