Lavaltrie

 

Depuis 2004, la Ville de Lavaltrie, située dans la région de Lanaudière, s’est engagée dans une démarche de développement durable (DD). L’idée de proposer une telle démarche vient d’agents de développement locaux qui ont suivi des formations en animation territoriale, dans une perspective de DD. Après plusieurs séances de formation, des agents de développement oeuvrant sur le territoire de Lavaltrie, ont convenu de sensibiliser les élus municipaux à l’implantation d’une telle démarche.

Description des caractéristiques du territoire

La Ville de Lavaltrie est située au sud-est de la région de Lanaudière, en bordure du fleuve Saint-Laurent. D’une superficie de 70,6 km2, la Ville comptait 12 148 habitants en 2006.

Depuis le début de l’année 1990, la population de Lavaltrie a connu une augmentation très importante. D’ailleurs, en 2001, la proportion des personnes âgées de 45 ans et plus (29 %) était moins élevée à Lavaltrie que dans l’ensemble du Québec (39 %), tandis que la population lavaltroise a un niveau de scolarité moins élevé que celui observé dans la province de Québec (tableau 1).

Tableau 1 : Répartition de la population de 20 ans et plus
selon le plus haut niveau de scolarité atteint

Lavaltrie Québec
Moins qu'un diplôme d’études secondaires (DES) 31 % 18 %
Diplôme d’études secondaires (DES) 29 % 25 %
Diplôme d’études professionnelles (DEP) 18 % 14 %
Diplôme d’études collégiales (DEC) 15 % 22 %
Certificat ou diplôme universitaire 8 % 22 %

Source : Statistique Canada, recensement de 2001

En 2001, le taux de chômage à Lavaltrie (5,89 %) était inférieur à celui observé au Québec (8,2 %). Comparativement à l’ensemble du Québec, le nombre d’entreprises des secteurs primaire et tertiaire est moins important à Lavaltrie, tandis que celui du secteur de la construction est plus élevé (tableau 2). Par contre, les entreprises lavaltroises ne suffisent pas à employer la main-d’œuvre locale : en 2001, seulement 16 % des Lavaltroises et Lavaltrois travaillaient localement, comparativement à 32 % qui travaillent sur l’île de Montréal (Ressources humaines et Développement des compétences Canada, 2001).

Tableau 2 : Répartition des entreprises
en fonction des secteurs de l’économie globale de la localité

Lavaltrie Québec
Total secteur primaire 8,71 % 9,85 %
Construction 21,61 % 9,06 %
Fabrication 7,20 % 5,85 %
Total secteur secondaire 28,81 % 14,90 %
Total secteur tertiaire 62,48 % 75,25 %

Source : Registre des entreprises 2002, traitées par le site d'analyse mig.ca

La Structure de fonctionnement

La démarche de DD à Lavaltrie met à contribution le travail d’une soixantaine de personnes réparties à travers six comités.

Le comité porteur

Le comité porteur, ou comité A21, été constitué en novembre 2004, et regroupe :

  • un citoyen intéressé par l’écologie et issu de ce comité (écologie) ;
  • le directeur de la Caisse populaire de Lavaltrie (économie) ;
  • le coordonnateur d’un organisme communautaire (sociocommunautaire) ;
  • un retraité très actif sur le plan culturel local et régional ;
  • trois conseillers municipaux de Lavaltrie ;
  • le maire de Lavaltrie.

Le comité porteur se réunit une à deux fois par mois afin de décider des orientations et des applications. Lors du premier cycle de la démarche, les réalisations du comité porteur ont été les suivantes : implantation de la démarche, intégration du contenu lors du diagnostic et de la prospective, élaboration du projet de territoire et la sélection des actions à recommander au Conseil municipal. Ce comité a aussi la responsabilité de recommander au conseil de la MRC de D’Autray les projets à financer via la Politique nationale de la ruralité.

Le comité porteur est animé par l’agente de développement local, accompagnée de membres du comité aviseur et/ou d’organisateurs communautaires du Centre local de santé communautaire (CLSC). L’animation se fait en trio (deux co-animateurs et un secrétaire) et les rôles sont interchangés.

Le comité aviseur

Le comité aviseur a été constitué en mai 2004 et regroupe des personnes travaillant pour plusieurs organismes impliqués dans le développement local :

Le comité aviseur joue un rôle de support et de conseiller auprès du comité porteur et de l’agente de développement. Il se réunit environ une fois par mois. Ce comité est animé par l’agente de développement local qui demande, au besoin, l’aide des membres du comité aviseur pour co-animer avec elle et/ou prendre les notes de réunion.

Les comités thématiques

Comme le montre la figure précédente concernant la structure de fonctionnement, il existe quatre comités thématiques, chacun relevant d'une des dimensions du DD (écologie, économie, vie sociocommunautaire et vie socioculturelle). Ces comités, constitués de citoyens, qui s’y sont joints sur une base volontaire et bénévole, ont formulé et analysé les problèmes durant la phase du diagnostic et ont fait ressortir les causes communes à ces problèmes. Par la suite, les membres de ces comités ont fait un atelier de prospective afin de formuler les valeurs véhiculées par le projet de territoire retenu.

Chaque comité thématique est co-animé par un ou des membres du comité porteur et une personne œuvrant dans la dimension du DD étudiée par le comité thématique. L’agente de développement assiste à leurs rencontres lorsque cela est possible.

L’agente de développement local

Une agente de développement local a été embauchée à plein temps par la Société d'aide au développement des collectivités (SADC) de D’Autray, pour une durée de 27 mois, afin de favoriser la participation des citoyens, du comité porteur et des comités, de coordonner la démarche et faire les liens entre les acteurs, d’accompagner le comité dans l’exécution du processus et de mettre en place les canaux de communication ainsi que de faire circuler l’information.

Le financement de la démarche

Le financement du 1er cycle de la démarche a été supporté à part égale par la Municipalité de Lavaltrie, par la Caisse populaire de Lavaltrie, via son Fonds communautaire, et par la Municipalité régionale de compté (MRC) D’Autray, par le biais de la Politique nationale de la ruralité. Ces ressources financières couvrent toutes les dépenses concernant les ressources humaines, financières et matérielles engagées au cours de la démarche.

Le déroulement de la démarche

Adhésion du Conseil municipal – mai 2004

À Lavaltrie, la démarche de DD a débuté au printemps 2004 par une formation donnée aux membres du conseil municipal par des agents de développement de la région de Lanaudière et à laquelle a collaboré le maire de la municipalité de Lanoraie. Cette formation portait sur la démarche d’animation territoriale et ses enjeux dans une perspective de DD.
Au terme de cette formation, le Conseil municipal a donné son aval à la démarche pour plusieurs raisons :

  • Le besoin des élus municipaux de se doter d’une vision de développement, suite à la fusion municipale et à l’augmentation des indicateurs de développement.
  • Les résultats atteints par la municipalité de Lanoraie, qui avait expérimenté une telle démarche quelque temps auparavant.
  • La possibilité de financer la démarche à travers la Politique nationale de la ruralité.

Le conseil municipal a donc adhéré à la démarche et a mandaté un Comité porteur pour sa réalisation.

Lorsqu’il a donné son aval à la démarche, le Conseil municipal de Lavaltrie souhaitait atteindre les objectifs suivants :

  • initier la participation citoyenne au développement de la Ville de Lavaltrie dans le cadre d’une approche de DD ;
  • faire en sorte que la collectivité prenne en charge son développement.

Deux ans après le début de la démarche, ces objectifs ont peu changé : la participation citoyenne a été initiée et elle doit maintenant être accentuée, tandis que la prise en charge du développement par la collectivité constitue un objectif qui n'est pas atteint à l'heure actuelle.

Planification de la démarche – Été 2004

Quand le conseil municipal a donné son aval pour réaliser la démarche, le Comité aviseur a accompli plusieurs tâches de planification, notamment l’élaboration d’un échéancier provisoire de travail, la planification budgétaire de la première année, la planification de l’embauche d’une ressource et la formation de celle-ci.
L’embauche de l’agente de développement local par la SADC de D’Autray-Joliette a eu lieu en septembre 2004. Dès son arrivée en poste et dans les mois qui ont suivi, l’agente de développement local a participé aux séances de formation sur l’animation territoriale, le DD et les techniques d’animation offertes aux agents de développement oeuvrant dans la région de Lanaudière.

Constitution et formation du Comité porteur – novembre 2004 à février 2005

La première consultation citoyenne visait à constituer le comité porteur. Pour ce faire, une lettre d’invitation à poser sa candidature pour occuper un siège ainsi qu’une invitation à l’assemblée publique visant la constitution de ce Comité, ont été acheminées à tous les citoyens de Lavaltrie. Les critères de sélection pour faire partie du Comité étaient la disponibilité, l’intérêt et/ou des connaissances dans l’une ou plusieurs dimension(s) du DD.

Lors de cette assemblée publique, la définition du concept de DD, les étapes de la démarche et le rôle du comité porteur ont été présentés brièvement, avant de procéder à la nomination, par collèges électoraux, des citoyens représentants chacun une des dimensions du DD.

Au cours de l’hiver 2004-2005, les membres du comité porteur ont participé à trois séances de formation sur l’animation territoriale et le DD. L'une d'entre elles était donnée par un consultant français spécialisé dans le domaine et les deux autres ont été dispensées par les membres du Comité aviseur. Ces formations visaient à fournir des outils au Comité porteur afin qu'il puisse jouer son rôle. Le Comité porteur a donc reçu une formation en matière d’animation locale et concernant le rôle du Comité porteur, la mobilisation et l’élaboration d’un diagnostic.

Élaboration d’un premier diagnostic – octobre 2004 à février 2006

Réalisation du "Portrait de Lavaltrie" – octobre 2004 à janvier 2005

Simultanément à la constitution et à la formation du Comité porteur, le Portrait de Lavaltrie a été élaboré par l’agente de développement local. Ce document se veut un état des lieux concernant les aspects démographiques, écologiques, économiques, sociocommunautaires et socioculturels du territoire.

Première journée de consultation publique sur le développement durable – mai 2005

Pour amorcer le diagnostic du territoire avec les citoyens, les membres du comité porteur ont décidé de tenir une consultation publique qui s’est déroulée le 29 mai 2005. Afin d’inviter tous les citoyens à y participer, plusieurs moyens ont été utilisés :

  • tournée de la majorité des organismes et groupes d’intérêt locaux afin de présenter la démarche de DD et d’inviter les membres de ces groupes à assister à l’événement ;
  • dépliant publicitaire acheminé dans tous les foyers annonçant la 1ère journée de consultation publique et pose d'affiches publicitaires aux endroits les plus fréquentés sur le territoire ;
  • articles publiés dans les journaux locaux annonçant l’événement ;
  • publicité dans les journaux locaux invitant les citoyens à participer à l’événement.

Lors de l’événement, qui se voulait éducatif, les quelque 90 citoyens présents ont été initiés aux notions de DD. Par la suite, le Portrait de Lavaltrie a été présenté et les participants ont nommé les forces, les faiblesses et les problèmes vécus à Lavaltrie. Les participants ont fait des liens entre les diverses dimensions du DD en approfondissant les conséquences des problèmes énoncés plus tôt. Au terme de la journée, les participants étaient invités à s’impliquer dans les comités thématiques.

La planification et l’organisation de cette journée ont été confiées à un comité ad hoc, formé de membres des comités porteur et aviseur, ainsi que de l’agente de développement. L’animation et le secrétariat des ateliers ont été confiés à des agents de développement provenant de l’ensemble de la région de Lanaudière. Au terme de l’événement, les membres du comité porteur se sont montrés satisfaits des résultats atteints en termes de contenu, de mobilisation dans les comités thématiques; toutefois, ils auraient aimé sensibiliser davantage de participants.

Formulation et analyse des problèmes – août 2005 à janvier 2006

Au mois d’août 2005, les personnes ayant manifesté leur intérêt à faire partie des comités ont été réunies afin de constituer les quatre comités thématiques. Les 17 thèmes regroupant les faiblesses et/ou problèmes énoncés lors de la première journée de consultation publique ont été répartis parmi ces quatre comités.

Lors de la rencontre de constitution des comités thématiques, les participants ont reçu une formation sur les outils disponibles pour documenter les perceptions exprimées lors de la première Journée de consultation publique. De plus, les membres des comités de travail ont reçu une formation, donnée par un consultant français, sur la réalisation de diagnostic, la mobilisation, l’animation et toutes autres préoccupations des membres des comités à l’égard de la démarche de DD.

Lors de leur première rencontre, les membres des comités thématiques ont choisi, parmi les thèmes qui leur avaient été attribués, ceux qu’ils étudieraient. Croyant pouvoir étudier tous les thèmes attribués, les animateurs ont suggéré aux membres de leur comité de débuter par un thème qui les intéressait davantage, afin de se familiariser avec la Grille d’analyse des problèmes, inspirée d’une grille de la direction de la santé publique de Lanaudière. Toutefois, faute de temps, seulement neufs des dix sept thèmes ont été étudiés, à savoir :

  • l’accès au fleuve ;
  • l’utilisation de pesticides ;
  • la gestion des déchets ;
  • la planification du développement résidentiel ;
  • le transport en commun ;
  • le patrimoine ;
  • le tourisme ;
  • le développement économique ;
  • le décrochage scolaire.

Au cours de l’automne 2005 et de l’hiver 2006, les comités thématiques ont étudié les problèmes en utilisant la Grille d’analyse des problèmes. Le format de cette grille a été adapté selon les suggestions des membres des comités, mais son contenu est demeuré le même :

  • identification des forces et faiblesses reliées au thème ;
  • identification et formulation du problème ;
  • identification des personnes concernées par ce problème ;
  • identification des causes et facteurs expliquant le problème ;
  • identification des conséquences, écologiques, économiques, sociocommunautaires et socioculturelles, engendrées par ce problème.

Afin de faire une analyse touchant toutes les dimensions du DD, des questions visant à faire réfléchir les membres des comités thématiques ont été posées par les animateurs de ces mêmes comités. Par exemple, l’équipe ayant étudié la mauvaise adaptation du transport en commum a avancé que cette mauvaise adaptation contribuait à diminuer la qualité de l’air, entraînant du coup une incidence sur la santé humaine et la qualité de vie des citoyens.

Pour élaborer le diagnostic territorial, les comités se sont réunis une dizaine de fois, entre les mois de septembre 2005 et février 2006.

Journée transversalité

L’étape du diagnostic territorial s’est terminée par une Journée transversalité tenue en février 2006. Au cours de cette journée, les membres des comités thématiques ont présenté le ou les problèmes qu’ils ont étudié(s) (formulation du problème, causes et conséquences). Au terme de chaque présentation, les membres des autres comités étaient invités à bonifier l’analyse du problème. La journée s’est terminée avec l’identification des causes communes à l’ensemble des problèmes étudiés.

Élaboration du Projet de territoire

Au mois de mars 2006, les membres des comités thématiques ont été conviés à une Soirée prospective, au cours de laquelle ils ont visualisé Lavaltrie en 2021, à l’aide de l’atelier de fantaisie guidée.

Dans les semaines qui ont suivi, les membres du comité porteur ont intégré les résultats obtenus au terme de la Journée transversalité, de la Soirée prospective et de l’élaboration du premier diagnostic :

  • les éléments convergents issus de la Soirée prospective sont devenus les valeurs véhiculées par le Projet de territoire : respect, équité, transparence, participation et responsabilité citoyenne, bien commun ;
  • les causes communes à l’ensemble des problèmes étudiés, issues de la Journée transversalité, sont devenues les orientations du Projet de territoire : planification, information, accueil, accessibilité ;
  • quatre axes de développement ont été formulés dans le Projet de territoire : environnement, vitalisation, réseautage et aménagement. Tous les thèmes ressortis au cours de la consultation ont été répartis parmi les quatre axes de développement et l’ensemble des cibles d’action ressorties tout au long de la démarche a été classé dans chacun des thèmes.

Validation du diagnostic territorial et du Projet de territoire

En avril 2006, une assemblée populaire, à laquelle étaient conviés tous les citoyens et tous les organismes locaux, a été tenue.

Pour convier les citoyens, plusieurs activités promotionnelles ont été réalisées :

  • lettre d’invitation envoyée à tous les citoyens ;
  • articles dans les journaux annonçant la tenue de l’assemblée populaire ,
  • affiche annonçant la tenue de l’assemblée ,
  • tournée de quelques organismes et groupes communautaires ciblés.

Cette assemblée populaire a permis de désigner et valider les problèmes étudiés, de présenter le Projet de territoire, de prioriser des cibles d’action et d’énoncer des idées de projets. L’événement a attiré 72 citoyens de Lavaltrie et une vingtaine d’animateurs et secrétaires provenant d’organismes voués au développement local et régional de Lanaudière. Les résultats atteints au cours de cette assemblée populaire se retrouvent dans le sommaire de l’événement.
Au terme de l’assemblée populaire d’avril 2006, un appel de projets d’action a été lancé à tous les citoyens de Lavaltrie. Ceux-ci étaient invités à proposer des projets auxquels ils collaboreraient.

L’appel de projets s’est terminé le 15 septembre 2006. Dans les journées qui ont suivi, les membres du comité porteur se sont appropriés les neuf projets déposés. Les porteurs de projets devaient remplir le document intitulé Formulaire d’analyse de projets au regard du DD. Ils ont sélectionné les projets qu’ils entendaient recommander au conseil municipal ou à toute autre commission municipale ou organisme régional concerné. Cette décision de recommandation s’appuyait sur les critères de sélection de projets choisis par le comité porteur, c’est-à-dire, le réalisme et la viabilité du projet, l’inscription dans l’un des axes de développement du projet de territoire, l’équilibre entre les dimensions du DD et l’appréciation générale du projet.

Évaluation de la démarche

En septembre 2006, une journée d’évaluation de la démarche, à laquelle étaient conviés les membres des comités porteur, aviseur et thématiques, a été tenue. Cette journée visait à tirer des leçons de la démarche, du processus et de la méthodologie utilisés à ce jour.

Appel de projets d'action

Les suites et le suivi de la démarche

Le suivi de la démarche revient actuellement au comité porteur. Celui-ci est le gardien du Projet de territoire regroupant les actions à mettre en place collectivement et s’assure que les projets d’action sont analysés selon les critères établis collectivement.
Dans les mois qui suivront, l’intégration de la démarche et l’application du Projet de territoire constitueront une préoccupation importante pour les autorités municipales. D’ailleurs, le conseil municipal a entamé une réorganisation transitoire de l’appareil municipal dans le but de lui donner une structure permettant d’intégrer les valeurs, orientations et axes de développement inscrits dans le Projet de territoire. Cela se fera en plusieurs étapes :

  • rencontre des employés municipaux afin d’expliquer la réorganisation transitoire de l'appareil municipal et les étapes à venir ;
  • formation des employés municipaux sur la responsabilisation au travail dans le but de responsabiliser les individus en améliorant l’affirmation, la délégation, la motivation, le désir d’appartenance et les relations interpersonnelles ;
  • rencontres du personnel cadre pour discuter des problématiques vécues, de différents éléments de réflexion stratégiques et processus de consultation des employés municipaux. Ces rencontres permettront l’élaboration d’un Plan d’action visant à impliquer tous les employés à la définition des balises du Projet de territoire ;
  • élaboration et réalisation d’un plan de communication visant à conserver l’intérêt de tous vis-à-vis de l’implantation du Projet de territoire ;
  • familiarisation des membres du conseil municipal avec les valeurs et orientations à appliquer dans la gestion municipale. Les élus seront aussi invités à exprimer leurs attentes quant à l’application de ces valeurs et orientations. Cette étape culminera par la formation d’un comité stratégique constitué d’élus et du personnel cadre, dont le mandat sera de réfléchir sur le processus de consultation et de prise de décision à implanter ;
  • tournée des services afin d’effectuer une animation sur la participation des employés à la définition des valeurs et des orientations. Lorsque ces valeurs et orientations seront définies et que les employés se les auront appropriées, les missions et orientations des différents services devront être mises à jour ;
  • élaboration d’un plan d’action sur l’application des valeurs au sein des services municipaux, sur la redéfinition de la mission de la municipalité et des différents services et sur la mise en place d’outils répondant aux besoins exprimés par les employés.

Les avantages de la démarche

Globalement, la démarche de DD conscientise les citoyens de Lavaltrie, élargit leur vision du territoire et augmente leur degré de connaissance de leur communauté et de certaines problématiques, ce qui contribue à améliorer le sentiment d’appartenance et à renforcer leurs capacités d’intervention. Collectivement, les personnes impliquées dans la démarche ont expérimenté la prise de décision en fonction du DD et de sa transversalité, en étudiant des problèmes et en élaborant des projets d’action.

De plus, la démarche de DD à Lavaltrie permet aux citoyens de s’exprimer, ce qui nourrit la vision des membres du conseil municipal sur les priorités de leurs concitoyens. D’ailleurs, au printemps 2006, la Ville de Lavaltrie s’est engagée à promouvoir avec équité la qualité de vie de ses citoyens et à assumer le leadership d’une ville en santé. C’est pourquoi elle a adhéré au Réseau québécois des villes et villages en santé. Le conseil municipal a aussi retenu les valeurs et orientations inscrites dans le Projet de territoire pour les appliquer à l’ensemble de l’appareil municipal.

Enfin, plusieurs situations problématiques, étudiées par les comités thématiques, ont connu une amélioration, notamment sur le plan du transport en commun. Au moment de la rédaction de ce texte, il est prévu que début 2007, des firmes de consultants engagées par la municipalité consulteront les citoyens au sujet de l’aménagement de certains lieux publics, que des actions seront mises en place afin d’améliorer le sentiment d’appartenance à la communauté, qu'une nouvelle approche intégrée de prévention du décrochage scolaire sera implantée localement et qu'un processus de consultation citoyenne sera mis en place dans le but d’élaborer une politique culturelle. Ces avancements sont inspirés des projets déposés dans le cadre de l’appel de projets.

Consultez les documents issus de l’Agenda 21e siècle local de Lavaltrie

VILLE DE LAVALTRIE. (2006). Assemblée populaire. 29 avril 2006. Rapport synthèse de la journée - Sommaire, document non publié, 3 p.

VILLE DE LAVALTRIE. (2006). Document de travail découlant de la Première Journée de consultation publique - Sommaire. Perceptions des participants, document non publié, 3 p.

VILLE DE LAVALTRIE. (2006). Projet de territoire de Lavaltrie, document non publié, 6 p.

Note : La Ville de Lavaltrie se fera un plaisir de vous envoyer les outils utilisés sur demande. Acheminer à :

Ville de Lavaltrie
1370, rue Notre-Dame
Lavaltrie (Québec) J5T 1M5
Téléphone : (450) 586-2921
Télécopieur : (450) 586-3939

Comment citer ce texte ?

BOULARD, J. (2007). « L'Agenda 21e siècle local de Lavaltrie. Un projet de territoire ». Dans GAGNON, C. (Éd) et E., ARTH (en collab. avec). Guide québécois pour des Agendas 21e siècle locaux : applications territoriales de développement durable viable, [En ligne] http://www.demarchesterritorialesdedeveloppementdurable.org/9548_fr.html (page consultée le jour mois année).

Sites Internet

Site Internet de Lavaltrie
Portail régional de Lanaudière

Dernière modification: 16 septembre 2013

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


× 3 = vingt quatre

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>