MRC des Sources

 

Présentation du projet

Le projet de développement durable (DD) couvre le territoire de la Municipalité régionale de comté (MRC) des Sources dans sa totalité. Il s’agit du premier projet au Québec à l’échelle d’une MRC. Située en Estrie, au cœur du triangle formé par Québec, Sherbrooke et Montréal, la MRC des Sources (jusqu’en avril 2006 appelée d’Asbestos) englobe les sept municipalités suivantes :

C’est lors du forum de la relance de novembre 2003 qu’est ressorti l'énoncé de vision :

« Un territoire habité par une communauté prospère, diversifiée, innovante et solidaire pour un développement durable ».

Celui-ci a été adopté par les participants. La MRC des Sources a été désignée « porteur politique et décisionnel » du projet de relance avec la collaboration des organismes de soutien au développement. Par la suite, le Centre local de développement (CLD) des Sources s’est vu confier, par la MRC, le mandat de la démarche de DD. Pour l'assister dans cette orientation, le CLD s’est associé avec l’Université de Sherbrooke (UdeS).

Les porteurs initiaux de la démarche sont la MRC et le CLD des Sources. La Société d’aide au développement des collectivités (SADC) est partenaire et la Corporation de développement communautaire (CDC) est collaborateur.

Une première étape a consisté en l’élaboration d’un diagnostic du territoire. Le financement de ce diagnostic provient principalement du CLD des Sources (30 000 $). La SADC, pour sa part, a contribué pour 5 000 $. L’Université, dans cette recherche-action, contribue aussi par la participation de six chercheurs ainsi que par un financement additionnel (5 800 $). Les modalités de financement pour la suite n’ont pas encore été déterminées.

Les motivations

La crise économique et la diversification des activités du territoire sont au cœur des préoccupations des acteurs de la région. Le DD fait partie intégrante de la vision qui encadre le Plan de relance 2004-2014. Après la fermeture soudaine de l'usine Magnola, une partie de la population était plus sensible aux risques inhérents, aux opérations et aux décisions de certaines entreprises sur le territoire (pollution, déménagement de siège social, etc.).

Suite au diagnostic socio-économique (surtout économique), réalisé en 2003, il y a eu un premier forum en 2004. Un plan de relance a été élaboré et présenté lors du deuxième forum en février 2005. Voici les trois orientations et les objectifs retenus pour le plan de relance basé autour d’une vision de DD.

Un milieu de vie propice au développement :

  • rehausser le niveau de scolarité et de compétence de la main-d’œuvre ;
  • améliorer l’équilibre démographique ;
  • accroître l’implication sociale de la communauté ;
  • développer une image positive de la MRC ;
  • soutenir les démarches pour assurer la sécurité financière des travailleurs de la Mine Jeffrey.

L’accroissement de l’activité économique :

  • soutenir l’émergence de l’industrie touristique ;
  • maintenir et développer des services commerciaux répondant aux besoins courants et émergeants ;
  • utiliser les structures et les infrastructures à leur plein potentiel.

Le développement de la base entrepreneuriale :

  • renforcer les entreprises industrielles et manufacturières existantes ;
  • accroître le nombre d’entreprises ;
  • augmenter la capacité d’innovation et le développement technologique ;
  • stimuler la relève entrepreneuriale.

Lors du deuxième forum, M. Chakda Yorn, de l'UdeS, est venu présenter le concept de DD. Ce concept a soulevé l’enthousiasme des participants. On s’est aperçu que pour s’enraciner réellement dans le DD, il manquait au plan de relance la dimension environnementale.

Alors, afin de préciser la vision de DD et d’enrichir le plan de relance du concept de DD, les responsables de la relance ont jugé essentiel de réaliser un diagnostic de DD sur l’ensemble du territoire de la MRC des Sources, et ce, particulièrement sur la dimension environnementale. Un diagnostic socio-économique avait déjà été réalisé et le Collectif de lutte contre la pauvreté avait aussi réalisé un état des lieux sur l’aspect social. Le diagnostic de DD introduit des données et précise plusieurs éléments de la dimension environnementale tout en maintenant le souci d’intégrer l'aspect social et l'aspect économique. L’objectif étant de s’approprier la notion de DD et de l’intégrer au cœur du développement, en incluant les principaux enjeux du diagnostic.

© MRC des Sources

La structure de travail

Pour le suivi du diagnostic de DD, deux instances de travail ont été mises sur pied : soit un comité de pilotage et un comité opérationnel.

Le comité de pilotage correspond au comité d’orientation de la relance qui est composé du préfet de la MRC, du directeur général de la MRC, du président du CLD des Sources, de la directrice générale du CLD des Sources, du président de la SADC de la région d’Asbestos, du directeur général de la SADC, du président de la Corporation de développement communautaire (CDC), du coordonnateur de la CDC et d’un citoyen représentant le milieu rural. À ce comité sont intégrés deux agents de développement, respectivement du CLD des Sources et de la SADC. Comme les membres du comité d’orientation de la relance étaient représentatifs des divers secteurs et des instances de développement, il est apparu qu’ils étaient bien placés pour constituer le comité de pilotage du DD. Ceci évitait les dédoublements et allait directement dans le sens du mandat de ce comité. Le comité de pilotage avait pour mandat de valider la démarche de recherche-action, valider les outils, suggérer des pistes d’action, supporter le projet et valider le diagnostic. Les rencontres ont eu lieu au besoin car aucun échéancier de rencontre n’était déterminé à l’avance. En toute fin de diagnostic, le comité de pilotage s’est chargé de commenter le document écrit.

Un comité opérationnel a également été constitué, regroupant des personnes ressources diverses selon les besoins et les étapes du projet (par exemples : un chargé de projet du transport collectif, de la gestion des matières résiduelles, du schéma de couverture de risques à la MRC et des agents de développement de la SADC et du CLD). Ont également siégé sur le comité opérationnel des membres du comité de pilotage. La coordination du projet était assurée par l’agente de communication et de développement de la ruralité du CLD. Elle avait la responsabilité de faciliter l’échange entre l’Université et les comités, de convoquer ces personnes aux réunions et d’assurer la circulation de l’information. De plus, cette personne avait la responsabilité de communiquer l’avancement de la démarche de DD à la population de la MRC.Dans la démarche, l’équipe de recherche de l’UdeS avait pour rôle de faire la cueillette de données et d’animer des discussions avec les membres de ces comités autour des constats émergents du diagnostic.

Le déroulement de la démarche

Voici les principales étapes de la démarche menée dans la MRC des Sources sous forme de tableau :

Événements / Étapes de la relance

  • Réduction des activités de la Mine Jeffrey (le plus important employeur de la région)
    octobre 2002
  • Mise en place d’un comité de stratégie et de soutien composé de trente personnes provenant d’une douzaine d’organismes du territoire ainsi que des ministères et des représentants régionaux novembre 2002
  • Le CLD est chargé de la coordination des activités du comité décembre 2002
  • Annonce de la fermeture de Magnola janvier 2003
  • Rencontre avec le Premier Ministre du Québec pour obtenir un appui vigoureux du gouvernement mars 2003
  • Dépôt du diagnostic socio-économique (50 participants - leaders) août 2003
  • Rencontre de 18 entrepreneurs du territoire octobre 2003
  • Forum public sur le diagnostic et priorisation des orientations (100 participants) novembre 2003
  • Élaboration du plan de relance 2004-2014 2004

Événements / Étapes de la démarche DD

  • Deuxième forum public (60 participants) et intervention de M. Yorn sur le DD février 2005
  • Élaboration de la démarche d’implantation en collaboration avec l’Université de Sherbrooke, a priori sur le diagnostic de la gestion du DD, été 2005
  • Mobilisation des décideurs face au DD (mandat au CLD), septembre 2005
  • Présentation de la démarche aux acteurs-clés et personnes intéressées, 26 octobre 2005
  • Mise en place d’un comité de pilotage, février 2006
  • Création des outils de collectes de données par l’UdeS, mars 2006
  • Troisième Forum public, présentation de la démarche, 4 avril 2006
  • Validation des outils, mars, avril 2006
  • Élaboration et dépôt d'un projet de financement au Fond d’action québécois pour le développement durable (FAQDD), avril 2006
  • Cueillette de données, groupes de discussion pour le diagnostic de DD du territoire, avril 2006
  • Dépôt de la version préliminaire du rapport contenant les résultats du diagnostic, août 2006
  • Dépôt du rapport final, nov. 2006

© MRC des Sources © MRC des Sources
© MRC des Sources

L’équipe de chercheurs de l’UdeS a réalisé un diagnostic du territoire en lien avec le concept de DD. La cueillette de données a été réalisée à l’aide de questionnaires, de rencontres individuelles, de groupes de discussions et de documents déjà existants. Une version préliminaire du diagnostic a été livrée en août 2006. Un exercice de lecture commune du diagnostic a permis aux personnes prenant part au comité de s’approprier les constats et les analyses. Une validation par le comité de relance fut suivie du dépôt à la MRC. Faire connaître les résultats du diagnostic et structurer l'organisation des acteurs dans la MRC (comités) ont été les étapes subséquentes afin de formuler notre stratégie et le plan d’action. Des modes d’appropriation et « d’atterrissage » du concept seront évalués lors de consultations publiques.

Afin de stimuler la participation citoyenne et l’implication des organismes du milieu, différentes activités ont été organisées depuis le début de la démarche de relance. M. Chakda Yorn a fait quatre présentations sur le sujet :

  • présentation du concept lors du forum de 2005 ;
  • une présentation spécifique dans la municipalité de Saint-Camille lors du Salon régional sur la diversification agricole ;
  • une présentation spéciale sur la démarche souhaitée et l’Agenda 21e siècle local (A21L) en octobre 2005 auprès des intervenants et acteurs-clés pour connaître leur intérêt et leur volonté de s’engager dans une démarche de DD et engager l’étape du diagnostic ;
  • une autre présentation de l’étape de la démarche en cours lors du forum 2006.

De plus, il y a eu aussi présentation de la démarche de la recherche-action au comité d’orientation de la Relance par l’équipe de recherche de l’université, ainsi qu’au conseil d’administration du CLD par l’agente de développement de la ruralité.

Sans avoir une stratégie de communication élaborée et bien arrêtée, la population et les instances concernées ont été informées de la démarche de diagnostic de DD. Une entrevue a été réalisée à la radio locale, par le préfet de la MRC et l’agente de développement du CLD pour informer la population de la démarche en cours. Par la suite, divers articles ont été publiés dans le bulletin du CLD (distribution à 130 personnes et organismes) pour informer les entreprises et les institutions. Des articles ont été diffusés dans les journaux locaux ainsi que dans le journal régional pour informer la population en général.

Un cours en Éthique et développement durable offert par l’UdeS hors campus, s’est donné à Saint-Camille. Près d’une trentaine de personnes se sont inscrites. Des outils ont été élaborés lors du cours, tels une politique de DD, des éléments de réflexion sur une stratégie de communication, une grille d’analyse de projet. Ces travaux n’ont pas encore été validés ou adoptés officiellement par la MRC, mais ils constituent une source considérable d’informations.

Le plan de relance : au centre de l’Agenda 21e siècle local

Le Plan de relance 2004-2014, avec ses priorités pour 2004-2007, constitue la base de ce que pourrait devenir le plan d’A21L. Le diagnostic actuel constitue une étape de prise de conscience des élus, des leaders, des entrepreneurs de la communauté et de la population en général sur le concept de DD. Néanmoins, les enjeux issus du diagnostic ont été comparés sommairement aux priorités 2004-2007. Cela a permis de faire ressortir des enjeux de DD qui n’étaient pas pris en compte dans le plan actuel. C’est donc dire que le diagnostic pourrait inciter les parties à prendre part à la démarche, à revoir les priorités 2008-2011 et ainsi insérer, à même le plan de relance, des actions en lien avec le DD.

Actuellement le plan de relance contient les éléments suivants : vision, principes, orientations, objectifs, cibles de résultat, projets institutionnels (CLD, SADC, ministères, etc.), projets du milieu (OBNL, citoyens, entreprises), plan de suivi des résultats et des retombées. S’il y avait une révision de ce plan, suite au diagnostic de DD, certains éléments pourraient évidemment s’ajouter. Le plan de relance ne comprend pas d’indicateurs de performance. L’approche adoptée est plutôt celle de présenter, lors des forum publics, les résultats atteints et de recueillir les avis des participants lors d’ateliers. Des modalités de suivi et un calendrier annuel accompagnent ce plan de relance. Ce cadre permet donc de faire le suivi des actions et le bilan des résultats atteints.

Le suivi

Il y aura donc certainement l’intégration au plan de relance des enjeux livrés par le diagnostic et si tout va bien, une nouvelle formulation concertée du plan stratégique pour les prochaines années et la mise en œuvre d’actions ciblées. Il devrait s’ensuivre l’élaboration d’un tableau de bord spécifique au territoire avec des indicateurs mesurables pour suivre l’avancement du plan sur le terrain. Tout cela nécessitera l’appui des élus de la MRC et de l’ensemble des intervenants clés et de la population.

Le forum annuel permet de faire part de l'état d'avancement des orientations, des objectifs visés et des résultats attendus. Il réunit l'ensemble des acteurs du milieu préoccupés par le développement économique, social et environnemental de la région. Le forum tient un rôle de vigie et valide les orientations du plan de relance. En effet, en plus du suivi annuel du plan de relance, un suivi triennal est prévu pendant lequel on réalise, lors du forum annuel, un bilan des résultats atteints. Ce suivi permet de mettre à jour les objectifs et les cibles qui constituent les nouvelles priorités triennales. La volonté des acteurs est à l’effet d’implanter un A21L dans les pratiques administratives de la collectivité territoriale. Certaines instances ou institutions ont déjà instauré des programmes ou mesures visant la réduction de consommation d’énergie et l’utilisation minimale de papier.

© MRC des Sources
© MRC des Sources

Les réalisations

Les réalisations suivantes étaient déjà réalisées dans le cadre de la démarche explicite de DD, avant l'élaboration de l'A21L :

  • Résolution de la MRC en regard du DD, de même qu’un mandat octroyé au Centre local de développement (CLD) pour la réalisation d’un diagnostic de DD ;
  • Diverses activités de conscientisation et de formation sur le DD, telles des conférences, un cours sur mesure donné par un chercheur de l’UdeS à des personnes de la MRC, et des groupes de discussions menés à même la réalisation du diagnostic dans les sept municipalités de la MRC ;
  • Divers articles publiés dans les médias (bulletins du CLD et journaux locaux) informant la population et les entreprises de la démarche portant sur le DD ;
  • Diffusion d’un sommaire tiré du diagnostic.

De plus, il est intéressant de noter que la démarche d’A21L semble avoir eu un effet d’entraînement pour les stratégies des organisations du territoire. En l’occurrence, il est pertinent de souligner l’initiative de la corporation gérant les activités au Mont Ham qui dans le cadre de sa démarche de planification stratégique intègre le DD.

 © MRC des Sources  © MRC des Sources
© MRC des Sources

Enfin, il importe de rappeler que la démarche d’A21L s’inscrit plutôt comme une continuité dans un processus d’orientation du développement à l’échelle de la MRC. À cet effet, et dans la mouvance de la relance de la MRC des Sources, plusieurs réalisations, pertinentes pour une démarche d’A21L, méritent d’être soulignées.

  • Service de transport collectif en vigueur depuis 2006 à l’échelle de la MRC ;
  • Adoption d’un règlement de contrôle intérimaire (RCI) à la MRC ayant pour objet de mieux contrôler la taille et l’emplacement des porcheries sur le territoire ;
  • Déploiement d’une stratégie d’échantillonnage d’eau par la MRC sur l’ensemble du territoire ;
  • Adoption d’un règlement pour coupe d’arbres abusive par la MRC ;
  • Améliorations apportées au site d’enfouissement (ex. récupération des métaux) et à l’ensemble de la gestion des matières résiduelles, incluant la mise sur pied d’une brigade d’information et de formation sur le compostage et la récupération de matières résiduelles domestiques ;
  • Mise sur pied d’un comité de mesures environnementales (réduire la consommation d’énergie et de papier, réduire les rejets dans l’environnement, sensibiliser le personnel, etc.) au Centre de santé et services sociaux ;
  • Adoption, par un conseil municipal, d’une approche « sans papier » pour le partage des informations et l’utilisation de portables par tous les conseillers ;
  • Réservation de traiteurs utilisant de la vaisselle lavable plutôt que jetable lors d’activités locales ;
  • Etc.

Depuis l'élaboration de l'A21L, plusieurs autres actions ont été entreprises. Voici un bref sommaire relatant quelques-unes des avancées dans ce dossier.

Afin de s'assurer que tous les organismes s’impliquent dans la démarche de développement durable, la stratégie retenue en 2007 par le comité d’orientation a été d’intégrer, via les municipalités, les enjeux retenus au diagnostic de développement durable (Université de Sherbrooke) dans les plans d’action locaux et d’inscrire ces actions au plan de relance.

À cet effet, les démarches de développement durable et de développement social ont été présentées aux populations des municipalités de Wotton, Saint-Georges-de-Windsor et Saint-Adrien, ainsi qu’au conseil municipal de Danville en 2007. Conséquemment, plusieurs initiatives locales ont été entreprises. Parmi celles-ci, la municipalité de Saint-Camille a intégré les enjeux de développement durable à sa planification stratégique présentée à sa population en 2008 et la Corporation de développement du Mont-Ham a élaboré une planification stratégique durable pour son développement.

  • Aspect social

Par ailleurs, chacune des municipalités s’est inscrite dans la démarche de développement social proposée par le comité aviseur, notamment en désignant un mandataire pour la réalisation d’un plan d’action local intégrant des actions en lien avec l’exclusion sociale et la pauvreté. Cette démarche entrera dans sa 3e phase en janvier prochain avec des réalisations dans chacune des municipalités. La structure organisationnelle de cette démarche constitue un exemple évoqué dans plusieurs organisations au Québec.

Il fat ajouter, parmi les réalisations, que le service de transport collectif instauré en 2006 s’est constamment adapté pour offrir une meilleure réponse à la population. Il s’est allié au transport adapté et peut répondre à la demande de la clientèle de façon plus personnalisée et plus efficace. La demande des usagers n’a cessé d’augmenter passant de 861 transports en 2008 à près de 1 500 transports en 2009, doublant ainsi, en un an seulement, la réponse à la demande.

  • Aspect économique

Afin de permettre aux entreprises désireuses de s’inscrire dans la visée du développement durable, le CLD des Sources a constitué, en 2007, un fonds de développement durable à partir de surplus non affectés. Le CLD des Sources est le premier CLD au Québec à avoir un fonds pour le développement durable. Les Caisses Desjardins du territoire se sont associées au CLD des Sources comme partenaires financiers, principalement la caisse des Métaux blancs.

Ce fonds vient offrir un support financier et technique aux entreprises, incluant les entreprises d’économie sociale et les organismes à but non lucratif, pour la réalisation d’un projet ayant un impact significatif en matière de développement durable et touchant l’un des enjeux suivants : l’amélioration de la qualité de l’eau ou la réduction de l’empreinte écologique. À ce jour, trois projets ont été acceptés au fonds DD du CLD des Sources. Il s’agit des entreprises Coop de consommateurs, Aménagements Natur’Eau-Lac et Éko Habitat. Pour plus d’informations sur le fonds DD du CLD des Sources, consultez le site du CLD dans la section Aides financières.

  • Aspect environnemental

Plusieurs initiatives de diverses organisations ont été mises en œuvre. La Brigade verte de la MRC des Sources poursuit toujours son implication pour une huitième année consécutive en 2009 avec des animations continues tout au long de l’été. Le dossier les Trois-Lacs, quant à lui, a fait sans contredit un saut en avant pour l’amélioration de la qualité de ses eaux. Le projet déposé par la Régie intermunicipale des Trois-Lacs a fait l’objet d’audiences du BAPE au sortir desquelles le projet de dragage a été accepté, avec certaines conditions et selon un cadre d'interventions précis.

Vous pourrez trouver d’autres exemples d’initiatives en lien avec les enjeux retenus au diagnostic de développement durable de notre territoire dans la section Développement Durable du Portail Mes Sources.

De plus, il est intéressant de noter que la démarche d’A21L semble avoir eu un effet d’entraînement pour les stratégies des organisations du territoire. En l’occurrence, il est pertinent de souligner l’initiative de la corporation gérant les activités au Mont Ham qui dans le cadre de sa démarche de planification stratégique intègre le DD.

Tous ces gestes et stratégies montrent que les réalisations pertinentes vont parfois au-delà des résultats portant sur les aboutissements sociaux, économiques ou environnementaux pour atteindre des changements dans les comportements des individus et des organisations sur le territoire.

Les leçons apprises et les défis

La réalisation du diagnostic a été riche en apprentissages. D’abord, l’approche de recherche-action adoptée au début a été difficile à respecter en raison des délais et du manque de disponibilité des personnes impliquées dans la démarche. En effet, nous en retenons la nécessité d’avoir des ressources dédiées, sinon du personnel avec du temps dégagé pour ce projet spécifique. Il faut aussi une volonté ferme de la part des initiateurs et des décideurs de s’impliquer dans une démarche participative de recherche-action.

Afin que la démarche participative soit mieux adaptée à des gens terrains et à leur réalité, il y a lieu de prévoir des mécanismes de communication appropriés, des rencontres d’échange et d’enrichissement à chaque étape, ainsi des interactions soutenues.

De plus, afin de maintenir l’A21L sur une longue période, il est nécessaire d’avoir une structure élargie et une vision partagée et intégrée à l’ensemble de la et/ou des communautés et de se doter d’outils qui dépassent les mandats des personnes élues.

Le diagnostic réalisé portait sur les trois dimensions principales du DD (économie, société et environnement). Cependant, il était souhaité de documenter plus sérieusement la dimension environnement étant donné que les deux autres dimensions avaient déjà fait l’objet, en raison du contexte de relance, de recherche et d’analyse. La cueillette de données sur l’environnement a toutefois montré des limites en raison des données qui sont parfois inexistantes ou peu documentées.

Nouvelles étapes

  • La reprise des activités de suivi

En 2010, les intervenants politiques, sociaux et économiques de la MRC des Sources ont été invités à participer à une rencontre sur l’état d’avancement du plan de relance, une planification stratégique qui ne portait pas spécifiquement sur le DD, mais qui était plutôt en toile de fond. Cette rencontre a permis la poursuite des travaux, considérant qu’au cours des deux dernières années, de nombreuses personnes occupant des postes clés avaient été remplacées. À cette occasion, les participants ont été invités à s’engager personnellement en signant «La déclaration de se prendre en main».

Un an plus tard, les intervenants ont pris connaissance du bilan de la dernière année et ont procédé au choix des actions prioritaires pour l’année 2011-2012. Toutefois, compte tenu du temps écoulé depuis la démarche initiale en 2004, il devenait nécessaire de procéder à une nouvelle réflexion pour déterminer les enjeux prioritaires et les actions à mener sur le territoire de la MRC. En 2011-2012, il y a donc eu la reprise des activités de suivi et le lancement d’une démarche d’A21L.

  • Lancement de la démarche d’Agenda 21 local

Lors d’une rencontre du comité d’orientation du plan de développement (2004-2014), le CLD des Sources a présenté un projet pour l’évaluation d’un A21L pour les 7 municipalités de la MRC. Ce projet est la suite logique du plan de relance, outil de planification territoriale depuis 2004. Rappelons que le développement durable était toutefois inscrit comme un principe liminaire de développement.

Par la suite, le conseil de la MRC a adopté une résolution signifiant son engagement dans la réalisation d’un d’A21L, en partenariat avec la Conférence régionale des élus (CRÉ) de l’Estrie et la Caisse Desjardins des Métaux blancs. La MRC, forte d’une participation à une expérience de coopération réussie avec la France dans le cadre de la mise en place du programme des Villages-Relais au Québec, souhaitait s’inspirer de l’expérience française. Un financement du Fonds de coopération décentralisée franco-québécois a permis d’établir une coopération.

À l’automne 2011, un coordonnateur de projet a été embauché par le CLD des Sources, organisme de développement mandaté par la MRC, pour mettre en œuvre la démarche d’Agenda 21 Local. Les étapes prévues sont les suivantes :

  • informer les principaux intervenants de la MRC de la démarche d’A21L;
  • rencontrer les gens actifs de la MRC afin d’analyser les réalisations des dernières années et d’actualiser le diagnostic de DD (2006) et d’identifier les priorités de DD de la population;
  • tenir un forum citoyen en juin 2012 afin de valider les pirorités et de déterminer les objectifs;
  • définir un plan d’actions qui assurera l’atteinte des objectifs;
  • établir les indicateurs qui permettront de mesurer les avancés ainsi que les mécanismes de suivi en continu;
  • adopter l’A21L en juin 2013.

Un des défis demeure la diffusion de l’information adéquate pour permettre l’appropriation du DD par les citoyens de la MRC.

Consultez les documents issus de l’A21L de la MRC des Sources

Comment citer ce texte ?

MARTIN, B. (2007). « Un projet de développement durable ». Dans GAGNON, C. (Éd) et E., ARTH (en collab. avec). Guide québécois pour des Agendas 21e siècle locaux : applications territoriales de développement durable viable, [En ligne] http://www.demarchesterritorialesdedeveloppementdurable.org/9689_fr.html (page consultée le jour mois année).

Sites Internet

Portail régional de l'Estrie

MRC des Sources

 

Dernière modification: 16 octobre 2014

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


7 × = vingt un

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>