Saint-Colomban

 

Le Comité technique

Une planification stratégique de développement durable

Résumé

Depuis quelques années, l’administration municipale de la ville de Saint-Colomban a œuvré pour améliorer la qualité de vie des citoyens, notamment par l’adoption d’une politique familiale et d’une politique culturelle. Consciente de sa responsabilité de procurer à ses citoyens un milieu de vie facilitant le plein épanouissement de leur potentiel humain, la municipalité s’est engagée dans un processus visant l’adoption d’un Plan stratégique de développement. En février 2006, le Conseil municipal de la ville a accepté une démarche d’élaboration d’un Plan de développement stratégique de la municipalité. Il s’agissait de traduire la mission et la stratégie de la municipalité en un ensemble d’indicateurs de gestion, soit les résultats financiers, la performance vis-à-vis les citoyens, les processus internes et l’apprentissage organisationnel.

Localisation et caractéristiques démographiques

La municipalité de Saint-Colomban se situe sur la Rive-Nord du fleuve Saint-Laurent, à peu de distance de Montréal, soit à 56 km de son centre-ville. Elle est située dans la couronne nord de la région métropolitaine. Elle subit à la fois l’influence de la ville de Saint-Jérôme à l’est, de Mirabel au sud et dans une moindre mesure, de Lachute à l’ouest. Son territoire se trouve respectivement borné à l’ouest et au nord par les municipalités du canton de Gore et de Mille-Isles. Saint-Colomban fait partie de la région administrative et de la région touristique des Laurentides. Elle est l’une des cinq municipalités qui forment la Municipalité régionale de compté (MRC) de La Rivière-du-Nord. Elle se distingue des autres municipalités de la MRC par une importante explosion démographique. Depuis 25 ans, non seulement le taux d’accroissement de sa population se maintient élevé, mais c’est le plus élevé du Québec. Selon le recensement canadien de 2006, la population se chiffre à 10136 personnes.

Depuis les dernières années, l’administration municipale a œuvré pour améliorer la qualité de vie des citoyens, notamment par l’adoption d’une politique familiale et d’une politique culturelle. Consciente de sa responsabilité de procurer à ses citoyens un milieu de vie facilitant le plein épanouissement de leur potentiel humain, la municipalité s’est engagée dans un processus visant l’adoption d’un Plan stratégique de développement.

En février 2006, le Conseil municipal acceptait une démarche d’élaboration d’un Plan de développement stratégique de la municipalité. Il s’agissait de traduire la mission et la stratégie de la municipalité en un ensemble d’indicateurs de gestion, soit les résultats financiers, la performance vis-à-vis les citoyens, les processus internes et l’apprentissage organisationnel.

L'exercice de planification stratégique

L’exercice de planification stratégique devait permettre de faire le point sur les préoccupations et les valeurs de la collectivité. Autant les élus que les employés ont convenu de l’importance de conserver le plus possible le caractère champêtre du territoire afin que la population puisse y vivre en harmonie avec la nature. D’où le slogan « J’ai choisi Saint-Colomban … tout naturellement ». Ainsi la mission de la municipalité se définit en ces termes :

« Assurer le maintien et le développement d’un milieu de vie exceptionnel et dynamique par la qualité des services offerts aux citoyens, qu’il s’agisse de personnes physiques ou corporatives, tout en préservant l’environnement, la beauté naturelle maintenant et pour les générations futures, en favorisant l’épanouissement des arts et de la culture, des activités récréatives afin de pouvoir positionner Saint-Colomban comme un des endroits privilégiés du Québec pour vivre, créer, se divertir».

À l’automne 2005, un travail préparatoire a été demandé aux directeurs de service de la municipalité afin de définir leur implication et celle de leur service respectif dans la perspective de la mission et d’un processus de planification.

Soucieux de prendre les meilleurs moyens pour assurer le développement harmonieux de son territoire et de sa population, et après avoir déclaré son adhésion au Réseau québécois de Villes et Villages en santé (RQVVS), le Conseil municipal s’est engagé dans une démarche de planification stratégique, soit un Agenda 21 local (A21L). Cette démarche répond à l’appel du Sommet de Rio de 1992 sur l’application du développement durable (DD) à l’échelle locale. C’est avec le soutien du RQVVS, mais aussi et surtout grâce à la participation des forces vives de la communauté colombanoise, que cette démarche s’est concrétisée.

Le choix d’une participation large et continue s’avérait une condition essentielle de la planification et de la mise en œuvre d’un Agenda 21 local. Car l’avenir de la communauté appartient aux citoyennes et citoyens recherchant un milieu de vie de qualité, la possibilité d’y vivre longtemps et en bonne santé, l’espoir d’y fonder une famille, d’y travailler, de s’y réaliser, de se sentir respecté et écouté par ceux qui ont en charge d’organiser et de gérer les services publics.

La formation du Comité promoteur Agenda 21 local

Pour ce faire, pour superviser et supporter la démarche d’Agenda 21 local, le Conseil municipal a formé en août 2006 un Comité promoteur composé de représentants de l’ensemble des acteurs et secteurs animant la collectivité, tels que ceux de la santé, de l’éducation, des loisirs, de la culture, du développement économique et de l’environnement. Ce Comité est supporté dans ses travaux par les gestionnaires municipaux et divers comités et sous-comités spécialisés. Tous les membres de ce Comité ont été désignés par l’organisme qu’ils représentent et tous agissent bénévolement.

Le mandat du Comité promoteur est d’assurer le suivi de la démarche de consultation, de participer à l’analyse des enjeux et opportunités et de recommander au Conseil municipal les grandes orientations qui se dégageront de la réflexion sur l’avenir du développement communautaire durable. Suite à la mise en œuvre du Plan d’action, il continuera d’être sollicité annuellement pour évaluer l’avancement des projets et en assurer la conformité. Depuis sa création, en novembre 2007, le comité de l’Agenda local 21 s’est réuni en moyenne une fois par mois. Il supervise l’ensemble des étapes et des activités devant mener à l’élaboration d’orientations et de stratégies susceptibles de répondre aux aspirations de la population colombanoise. Ce partenariat avec le Conseil municipal sera également associé à la mise en œuvre des projets et d’activités issus de la démarche, sans négliger une contribution à l’importante évaluation des résultats. La mission de ce comité est donc d’accompagner le Conseil municipal dans la vaste entreprise qu’est l'A21L.

Le Conseil municipal a également désigné et mandaté une personne responsable

pour suivre de près et supporter l’ensemble du déroulement de la réflexion collective. La nature de son travail consiste notamment à assister à différentes rencontres de travail et de consultations et d'en rédiger les comptes rendus, incluant les présentations. Au cœur même de la mobilisation citoyenne, elle est l’interlocutrice en ce qui concerne l’évolution de l'A21L.Dans le cadre de notre démarche, nous avons basé notre façon de faire sur la méthodologie d’élaboration d’un Agenda 21 Local , tel que recommandée par le Réseau des agences régionales de l'énergie et de l'environnement qui comporte cinq étapes :

Les grandes étapes de la démarche

  • la préparation ;
  • le diagnostic ;
  • l’élaboration d'une vision et de la politique ;
  • l’élaboration d'un Plan d'action ;
  • et la mise en œuvre et suivi des actions.

Le Comité promoteur finalise actuellement la collecte des données et se prépare à élaborer une vision et une politique d’application. La population sera invitée à participer à une consultation publique au mois de septembre 2008 et à faire part au comité promoteur de son point de vue sur le diagnostic, la vision et les actions qui devraient être prises pour mettre en œuvre l’Agenda. Également, le comité technique a rencontré rapidement les principaux groupes de la municipalité, dont le comité culturel, le comité consultatif d’urbanisme, les gens d’affaires, les directrices de trois écoles primaires et les directrices des trois centres de la petite enfance pour obtenir leur vision de la municipalité et se forger ainsi certaines lignes directrices.

Également, suite à un atelier de travail animé par le RQVVS, la vision stratégique du Comité s’est articulée autour de ces deux points :

  1. développer un consensus pour dégager des actions concrètes avec la communauté
  2. faire battre le cœur de Saint-Colomban pour et par ses citoyens

Par la suite, pour encourager la participation et l’implication des membres du Comité promoteur, un atelier de vision stratégique a été tenu, à savoir un voyage organisé dans le monde de l'imaginaire permettant de découvrir une ville idéale sur un horizon de 10 ans. Cette approche a permis une large discussion et implication des membres du Comité promoteur concernés par la qualité de vie dans la municipalité. De façon parallèle, un atelier a été tenu avec des élèves de 6ième année. Il leur a été demandé de dessiner comment ils voyaient la municipalité dans 10 ans. Suite à une réunion du conseil des jeunes, tenue en juin 2007, leur vison d’une ville verte a été déposée au Conseil municipal. Lors d’une session du Conseil municipal, le conseil des jeunes a fait les recommandations suivantes : l’aménagement d’un kilomètre de plus au sentier pédestre/de glace à l’arrière du l’école à l’Orée-des-Bois et l’acquisition de bacs roulants bleus de 360 litres pour la récupération.

Le Comité promoteur finalisant actuellement le diagnostic, voici les étapes subséquentes :

  • état des lieux et analyse du diagnostic et élaboration des enjeux (janvier 2008) (pdf);
  • consultation publique (septembre 2008) ;
  • compilation des informations et élaboration des valeurs de la vision et des grandes orientations (octobre 2008) ;
  • élaboration du plan d'action sectoriel et des projets comprenant les critères d'évaluation (novembre 2008) ;
  • préparation et suivi des tableaux de bord (décembre 2008).

Quelles sont les difficultés rencontrées jusqu’à présent et quels sont les défis à venir ?

Les principales difficultés que nous avons rencontrées se trouvent dans la participation et

la motivation des membres du Comité promoteur. Le processus de l’élaboration d’un A21L est, certes, un long processus d’acquisition de connaissances que nous pouvons qualifier de théorique : théorie de l’action, définition, processus de planification, méthodologie de travail, etc. Le défi demeure de conserver l’intérêt des membres du comité.

Notre prochaine étape sera de déterminer notre approche de consultation pour faciliter la participation citoyenne.

Nouvelles étapes

Une fois le diagnostic établi, des rencontres ont été organisées en 2008 avec des groupes de citoyens et des organismes communautaires dans le but de débattre de sujets reliés au développement durable. Les propos recueillis à la suite de ces rencontres ont permis l'élaboration du plan d'action qui a officiellement été adopté en 2009.

Comment citer ce texte ?
PANNETON, C. (2007). « Municipalité de saint Colomban, Agenda 21 local ». Dans GAGNON, C. (Éd) et E., ARTH (en collab. avec). Guide québécois pour des Agendas 21e siècle locaux, [En ligne] http://www.demarchesterritorialesdedeveloppementdurable.org/9874_fr.html (page consultée le jour mois année).

Sites Internet

Le site Internet de Saint-Colomban

Agenda 21 local: Notre avenir commence aujourd'hui

Dernière modification: 13 novembre 2014

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


× deux = 10

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>