Saint-Félicien

 

Caractéristiques sociales et économiques de Saint-Félicien

Saint-Félicien est une ville moyenne d’une superficie de près de 360 km2, ce qui la classe parmi les municipalités les plus étendues du Québec. La configuration actuelle du territoire est issue de la fusion municipale avec St-Méthode en 1996. Le territoire regorge d’eau puisqu’il est découpé sur sa frange nord/sud par le lac Saint-Jean et traversé par sept rivières, dont trois sont navigables : Ashuapmushuan, Mistassini et Ticouapé (voir carte 1).

 

La Ville de Saint-Félicien, sise à l’extrémité nord-ouest de la région du Saguenay—Lac-Saint-Jean, se caractérise par l’abondance naturelle de son eau douce. Cela contribue à la richesse et à la diversité des écosystèmes de même qu’elle module le mode de vie de la communauté. Plusieurs activités sociales et culturelles sont liées à la présence des rivières et du lac de plus de 300 kilomètres de périmètre. Ainsi, la qualité et la quantité de ses eaux et leur gestion environnementale prudente sont des enjeux majeurs de développement durable viable (DDV) pour cette collectivité territoriale de 10 486 habitants.

 

La communauté actuelle tout en ayant une grande proximité avec la nature, vit significativement et historiquement de l’industrie forestière. Compte tenu que ce secteur d’activités économiques est en crise, la Ville de Saint-Félicien tente aujourd’hui de le diversifier en favorisant trois filières dans son Écoparc (énergétique, agro-thermique et forestière thermique), la 2e et la 3e transformation du bois ainsi que le transport. La communauté compte aussi avec le secteur de l’agroalimentaire (67 exploitations agricoles), le secteur éducatif (Cégep) et finalement le tourisme avec le Centre de conservation de la biodiversité boréale (CCBB), antérieurement Zoo de Saint-Félicien.

 

En outre, la communauté a une vie communautaire dynamique : 120 organismes travaillent au rehaussement de la qualité de vie des félicinois et félicinoises.

 

Carte 1 : Localisation de Saint-Félicien

D’où est venue l’idée de faire un Agenda 21e siècle local ?

L’idée de démarrer et d’expérimenter la mise en œuvre d’un Agenda 21e siècle local (A21L) est survenue suite à l’idée d’un projet pilote québécois. La mairie de l’époque était très enthousiaste face à sa participation à ce projet pilote et y voyait l’occasion de renouer la communication avec ses citoyens. De plus, la Ville considérait que les activités liées à l’Écoparc, au CCBB et à la technique de milieu naturel du cégep étaient des facteurs favorables et des indicateurs de préoccupations collectives face au DDV.

 

Des consultations publiques avaient déjà été initiées dans le passé pour des projets de revitalisation (centre-ville) et d’animation, et l’environnement était intégré dans plusieurs projets de développement dont fait foi l’usine de cogénération énergétique.

 

Le projet pilote, impliquant les municipalités québécoises de Saint-Félicien et Sorel-Tracy, a nécessité un financement multipartite de 20 000$ de la part des deux municipalités impliquées, et de 148 555$ de la part du Fonds d’action québécois pour le développement durable (FAQDD) et son partenaire financier, le Gouvernement du Québec.

 

Comment le processus s’est-il enclenché ?

Pour démarrer le processus, une équipe de travail  formée du directeur général, du maire, d’un conseiller municipal, d’un agent de développement du Centre québécois de développement durable (CQDD) et d’un chercheur de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC)  a été mise sur pied. La première étape, soit la formation du comité de parrainage (CP), s’est faite en y invitant des citoyens intéressés par le développement durable (DD) de leur communauté. Le choix de douze citoyens a été fait selon les critères suivants : leur implication dans leur milieu (et non exclusivement sur une base de représentativité organisationnelle), leur leadership, l’équilibre entre les sexes, les âges et les dimensions du DD. Ces citoyens, accompagnés par l’équipe de soutien, ont porté et modelé la démarche menant à la proposition d’un plan d’action (voir points suivants sur les comités et les étapes).

Quelles étaient les motivations ?

De la part de la municipalité, l’A21L était vu comme un lieu de rapprochement entre le conseil de ville et les préoccupations des citoyens. Au cours de la démarche, les motivations ont évolué vers une participation élargie des citoyens au développement local et l’intégration des principes de DD dans la planification et la prise de décisions.

 

De la part des membres du CP, la nouveauté de la dynamique et son importance pour le développement territorial étaient une source de motivation, compte tenu des changements économiques et sociaux. Malgré une certaine méfiance, au départ, quant aux résultats et aux changements réels attendus, ils se sont impliqués à un rythme effréné. Le sérieux de la démarche, le financement, le soutien, l’engagement de la municipalité,ont été un gage de confiance. C’est lorsque les membres ont échangé sur l’état des lieux (Arth et Gagnon, 2005), qu’ils y ont apporté des ajouts (Brassard, 2005) et préparé les consultations publiques et le plan d’action que la démarche a été réappropriée.

Quel était le rôle des comités ?

Il y a deux comités à Saint-Félicien : le comité de parrainage (CP) qui agit comme leader et l’équipe de soutien (ES) qui accompagne le premier.

Le comité de parrainage : le leader

Le mandat du CP était le suivant : assurer la participation du milieu, coordonner et orienter la démarche. Comme chacun des douze membres siège à titre d’individu, chacun a la possibilité d’influencer les décisions, l’orientation de chaque document.

Ils ont choisi, par consensus, comment :

  • travailler avec l’état des lieux ;
  • adapter la démarche A21L en fonction des spécificités de leur milieu ;
  • faire participer la population ;
  • répondre aux exigences de la population ;
  • structurer le plan d’action.

Forts de leurs convictions et encouragés par l’évolution de la démarche, les membres ont tenu un rythme de deux réunions par mois, en plus des huit activités de partage avec la population. Suite au dépôt du plan d’action au Conseil municipal et à la présentation à la population, le CP a passé le flambeau au comité de suivi.

L’équipe de soutien : l’accompagnement

L’équipe de soutien (ES) a eu pour mandat d’outiller le CP et de s’assurer que les décisions prises respectaient les objectifs de la démarche. Il était composé du maire (observateur), du directeur général, d’un agent de liaison, du président du CP, de deux chercheures de l’UQAC et deux professionnels du CQDD. L’ES se rencontrait avant les réunions du CP et selon les besoins de planification de la démarche.

Il est à noter que lors des rencontres, les membres de l’ES ne détenaient aucun pouvoir décisionnel, laissant toute la latitude aux citoyens impliqués. Un des points tournants dans le fonctionnement du CP a été l’adoption d’une méthode d’animation par scénarios, notamment lors de la réalisation du plan d’action. Ainsi, l’ES a présenté différentes options aux membres afin qu’ils en discutent librement. Finalement, la structuration retenue par le CP était différente des scénarios proposés.

Quelles sont les étapes de la démarche à Saint-Félicien ?

Les huit (8) étapes se déclinent ainsi :

Étape 1 : élaboration de la structure de travail

L’engagement de la municipalité, la formation de l’équipe de soutien et du CP et l' élaboration de la structure de travail (Voir points précédents) ;

Étape 2 : conception et rédaction de l’état des lieux

L’état des lieux de la communauté de Saint-Félicien, dans une perspective de DDV a été élaboré par l’équipe de l’UQAC (Arth et Gagnon, 2005), autour de huit enjeux de DDV, documentés à l’aide d’indicateurs, selon un cadre conceptuel bien défini (il a servi aussi à l’état des lieux de Baie Saint-Paul). Le document a servi de lieu commun à la réappropriation de la démarche, a facilité l’émergence d’une vision d’ensemble du territoire et son partage avec la population. La structure du document, selon des enjeux de DDV, a aussi été reprise pour le plan d’action. L’état des lieux a été bonifié par le CP et les faits saillants (Brassard, 2005) constituent des ajouts au premier.

Quatre sessions publiques ont été organisées pour informer la population sur les objectifs et la démarche A21L comme outil de DD. Une session s’est déroulée à la polyvalente avec les étudiants de secondaire V où un atelier interactif a été mené. Une autre session s’est déroulée avec les étudiants du cégep, encore une fois sous la forme d’une activité de créativité. Une séance publique télédiffusée a aussi été tenue, en plus d’une présentation aux gens d’affaires lors d’un colloque sur le DD organisé par la Chambre de commerce et d’industries du secteur. Ces sessions d’information ont permis de rejoindre des centaines de personnes.

D’autres activités d’information ont eu lieu lors d’évènements (expo agricole) ou encore à la télévision communautaire. Des activités de promotion ont aussi été menées : affiches, entrevues, chaîne de courriels, etc. Toutefois, l’élément majeur de la participation citoyenne demeure les consultations publiques.

Étape 4 : les consultations publiques

Quatre soirées de consultation ont eu lieu. Les trois premières avaient pour objet de présenter l’état des lieux, en fonction des trois dimensions du DD. Les membres du CP étaient responsables de l’animation des soirées. Ils ont structuré les échanges afin que les citoyens ne se limitent pas à revendiquer, mais plutôt à se responsabiliser et à trouver des solutions aux problèmes. Lors de la quatrième, les citoyens ont été invités à présenter des projets, de brefs mémoires ou des suggestions pour alimenter le plan d’action à venir.

En tout, 200 personnes ont participé aux consultations. Plusieurs citoyens ont suivi la diffusion de ces soirées sur la télévision communautaire. Au terme des consultations publiques, le CP a recueilli plus d’une centaine d’interventions, dont 33 projets reflétant les préoccupations de la population.

Les consultations publiques à Saint-Félicien

Montage : Marie-Lise Chrétien-Pineault
Source : Canal Vox

Étape 5 : l’analyse des projets et la compilation des interventions

Une fois les projets soumis, une équipe de travail au sein du CP s’est formé afin d’en faire l’analyse avec une grille de DD. L’objectif était de bonifier les projets présentés et de les intégrer au plan d’action.

Étape 6 : l'élaboration du premier plan d’action

L’élaboration du premier plan d’action a été la tâche la plus ardue de la démarche, vu la multitude d’acteurs impliqués et le manque de modèle en la matière.

  • L’élaboration s’est fait en trois temps :
  • choix de la structure et des éléments ;
  • retour et discussion avec le CP ;
  • validation auprès de la population.

C’est le CP qui a choisi la structure (par enjeu de DDV selon l’état des lieux) et les éléments à inclure au plan d’action. Une fois la première version du plan d’action complétée, le CP a rencontré la population pour connaître ses impressions et pour s’assurer que cela était représentatif de ses préoccupations ou des propositions émises lors des consultations publiques.

La rédaction du plan d’action et son acceptation par tous les membres du CP représentent une étape importante de la démarche d’A21L et le début d’un long changement dans la façon de faire des acteurs territoriaux. Le plan d’action A21L indique les volontés de la population quant aux enjeux de DD et propose des actions concrètes. Il ne les priorise pas. Toutefois, une analyse en termes de contribution au DD a été effectuée pour chacune d’entre elles. De même, le Conseil municipal a évalué les possibilités de financement de certaines initiatives. Suite à cette étape, le CP a terminé son mandat et a remis le plan d’action préliminaire au Conseil municipal.

La validation du plan d’action par l’ensemble du conseil municipal a été une étape plus longue que prévue, soit environ cinq mois excluant les vacances d’été (septembre à février 2007). Mais cette étape cruciale a permis à tous les élus et plusieurs directeurs de services de la municipalité de se réapproprier la démarche A21L.

Par ailleurs, des modalités de suivi du plan d’action restaient à préciser. De plus, d’autres points n’avaient pas été couverts par la population ou le CP (par exemples, l’immigration ou la rétention des jeunes) et d’autres initiatives locales, s’inscrivant dans une perspective de DD, étaient en cours. D’où l’importance de les intégrer dans le plan d’action. Ainsi, plusieurs projets ont été ajoutés pour chaque enjeu, et quelques uns retranchés en raison de contraintes majeures. Les conseillers ont étudié les suggestions une à une afin de les transformer en actions dont la municipalité sera porteuse.

Une fois le plan revu et complété, le travail s’est poursuivi avec les directeurs de services municipaux. Un des objectifs était d’en arriver à associer chaque action, chaque projet, chaque orientation – n’étant pas déjà liée à un citoyen – à une personne ou à un service. Ainsi, chacun connaît et comprend la source des changements à effectuer et se sent davantage responsable. Par rapport à l’organisation Ville, il fallait aussi prioriser les quelque quarante actions soumises, en fonction d’un échéancier à court, moyen et long terme ou encore en continu.

Étape 8 : la réalisation du plan d’action et le suivi

Lors du dévoilement du plan A21L, en mars 2007, les modalités du suivi et de l’évaluation de la démarche ont été présentées en détail. Un comité de suivi a été mis sur pied avec pour mandat de mesurer les résultats du plan d’action à l’aide d’indicateurs identifiés, de compiler les résultats, de renouveler la participation citoyenne et de maintenir le contact avec les porteurs d’actions. Les membres, provenant en partie du CP initial, en partie d’organismes bien implantés dans le milieu, en plus d’un directeur de service et un élu, se rencontreront trois ou quatre fois par année.

Étape 7 : validation du plan d’action auprès de la municipalitéÉtape 3 : l’information à la population

Les réalisations et les conséquences de la démarche félicinoise

Outre les réalisations découlant directement des étapes précédentes, de façon générale, notons aussi :

  • l’amélioration des connaissances en matière de DD pour les membres du comité, pour les citoyens rencontrés, pour les conseillers municipaux et pour les fonctionnaires ;
  • une compréhension plus globale et intégrée du territoire suite à l’état des lieux ;
  • un bilan de la situation pouvant être actualisé ;
  • un plan d’action dont chaque acteur connaît les détails ;
  • deux grilles d’analyse et de bonification de projets (grille 1 / grille 2);
  • une trousse de formation disponible sur cd et sur Internet
  • une meilleure communication entre le Conseil municipal et les citoyens ;
  • un renforcement des capacités de l’ensemble des acteurs territoriaux ;
  • une plus grande participation citoyenne à l’amélioration de la qualité de vie sur le territoire félicinois, peu importe son statut.

Certes, la principale réalisation est intangible, soit celle d’avoir initié des réflexes, d’avoir adopté des comportements relatifs au DD. Chaque acteur est ainsi devenu un agent de diffusion des principes et des applications du DD à l’échelle territoriale.

De façon générale et consensuelle, les membres du CP ont considéré la démarche A21L comme « formatrice, instructive et positive ».

Quels sont les apprentissages réalisés ?

Les apprentissages sont nombreux et divers. Nous n’avons retenu que les principaux :

  • l’importance du transfert des connaissances pour l’autonomisation des acteurs ;`
  • l’importance de la participation des acteurs dans la prise de décision pour chaque étape de la démarche ;
  • l’importance de calculer les répercussions de chaque décision sur la suite de la démarche ;
  • le peu de connaissances sur la problématique du développement territorial pour la majeure partie de la population ;
  • le faible intérêt de la majeure partie de la population face aux enjeux de développement ;
  • méconnaissance des outils légaux ;
  • l’importance de travailler sur le court, moyen et long terme pour changer les comportements ;
  • l’importance de l’engagement public de la municipalité et la disponibilité des ressources pour appuyer la démarche ;
  • l’importance de l’état des lieux ou du diagnostic territorial ou d’un document synthèse sur l’état du DD d’une communauté ou d’un territoire, ce dernier étant à la base du plan d’action ;
  • l’importance de la composition, de l’animation du CP et de ses capacités d’analyse ;
  • l’importance des échanges entourant le plan d’action avec l’ensemble des acteurs.

Quels sont les défis à relever ?

Les réflexions entourant les apprentissages et les présents défis sont étroitement liés à l’expérience menée à Saint-Félicien :

  • l’intégration du plan d’action dans les pratiques et modes d’action des élus, des fonctionnaires municipaux et des citoyens ;
  • l’intégration du plan d’action aux autres outils de planification municipale ;
  • le renouvellement des idées ;
  • l’innovation et la créativité dans les solutions ;
  • la couverture de l’ensemble des enjeux, incluant ceux d’ordre économique ;
  • le maintien à long terme de l’intérêt des citoyens ;
  • l’amélioration continue dans les comportements et les attitudes ;
  • l’ouverture face aux grands enjeux de DD ;
  • l’intégration des principes de précaution et prévention dans les pratiques quotidiennes ;
  • la mise à jour des données recueillies ;
  • l’évaluation et l’amélioration de la démarche ;
  • le choix des mesures de suivi et des indicateurs permettant la comparaison avec d’autres municipalités.

En bref

La démarche d’A21L n’est pas terminée et c’est le suivi qui permettra de conclure ou non à ses bénéfices à moyen et long termes. Mais, déjà, il est possible de noter des répercussions positives et des changements allant dans le sens du DD ainsi qu’une meilleure communication entre l’action territoriale et les besoins des félicinois et félicinoises. Qu’il s’agisse des membres du comité de parrainage, de la mairie ou des conseillers municipaux, nul ne regrette les nombreuses heures investies dans la démarche collective. Et comme disait un membre du comité de parrainage : « C’est maintenant que le vrai travail commence ! ».

Nouvelles étapes

À l’été 2011, le Conseil de Ville de Saint-Félicien a décidé d’interpeller le comité Agenda 21 afin de faire le point sur l’A21L de 2007 et de susciter la préparation d’un deuxième plan d’action. Il s’avérait important d'évaluer ce qui avait été accompli depuis et à analyser les difficultés rencontrées afin de mieux rebondir.

Ville de Saint-Félicien a ainsi engagé une ressource afin de faire le point,en deux étapes, sur la démarche elle-même etsur l’état des 8 enjeux transversaux de développement durable (DD). La première étape consistait à faire une mise à jour des données et du choix des indicateurs identifiés dans L’état des lieux de DD de Saint-Félicien, élaboré en 2005 (Arth et Gagnon), et constituant un tableau de bord sur l’avancement de la collectivité en matière de DD. La deuxième étape a permis d’effectuer le bilan des réalisations depuis 2007, d’examiner le mode de mise en œuvre du plan d’action et de déterminer les impacts engendrés par les actions réalisées. Ont-elles provoqué des améliorations du point de vue social, environnemental et économique et ce à l’échelle de la communauté (Thuillier, Gagnon et Waaub, 2007) ?

Ces deux étapes ont donc permis de mettre à jour les indicateurs, d’examiner les résultats obtenus, d’analyser les difficultés rencontrées et de faire des recommandations sur le contenu du prochain Agenda 21 félicinois et de ses enjeux.

Nouveaux enjeux de développement durable à Saint-Félicien

La mise à jour a montré que Saint-Félicien fait face à de nouveaux enjeux importants :

  • L’accessibilité au logement : la mise à jour des indicateurs a révélé que l’accessibilité était devenue problématique. En effet, le prix des résidences et des terrains ont considérablement augmenté au cours des dernières années. Par ailleurs, il y a très peu de terrains disponibles dans le périmètre urbain. Ainsi, plusieurs ménages décident de s'installer dans les municipalités avoisinantes. Il s’agit donc d’une perte importante pour la communauté félicinoise (nombre de résidents, taxes, etc.).
  • Le vieillissement de la population : le Québec connaîtra un vieillissement rapide de sa population au cours des prochaines années. Saint-Félicien n’y échappera pas et doit se préparer à répondre aux attentes de cette population. La mise à jour des indicateurs indique d’ailleurs qu’il y a déjà une accélération du vieillissement. Ainsi des mesures importantes devront être mises en place.
  • La disponibilité de l’eau potable : elle devrait faire l’objet de mesures prioritaires dans le prochain plan d’action. En effet, la situation problématique de l’été 2010 démonte qu’il s’agit d’un enjeu majeur. Des actions devraient être réalisées pour réduire la consommation d’eau potable et pour assurer l’approvisionnement suffisant. Autre pression: une diminution de la consommation d’eau potable de près de 20 % est aussi demandé par Québec.
  • Amélioration de l’efficacité énergétique et lutte aux changements climatiques. Cet enjeu apparaît comme prioritaire dans le prochain plan d’action. La promotion de la construction écologique, la réduction de la consommation de pétrole par les véhicules et l’encouragement de gestes écoresponsables dans l’administration municipale et la population sont des moyiens envisagés.
  • Valorisation de la participation citoyenne : le bilan montre que celle-ci a diminué depuis 2007. Ainsi, le prochain plan d’action trouvera des moyens afin de valoriser et d’augmenter la participation. La multiplication des lieux de participation -- comités, groupes de discussion, consultations, coproduction... -- ainsi que la réalisation des actions par les acteurs facilitent l'exercice de la gouvernance, autre pilier du DD.

Toutefois, les 8 enjeux identifiés dans le premier état des lieux (2005) restent pertinents. Pour pouvoir documenter et mesurer l'évolution de ces enjeux, des indicateurs ont été identifiés, mais restent cependant à valider auprès du Comité A21L.

Indicateurs de mesure des nouveaux enjeux de DD

Afin d’améliorer la démarche et le suivi, l’ajout d’indicateurs permettrait d’avoir un portrait plus complet du DD, à l'échelle locale. Plusieurs de ces indicateurs proviennent du cadre méthodologique de L’état des lieux de Saguenay (Gagnon et Cormier, 2010) :

  • bilan migratoire et nombre de nouveaux arrivants par tranche d'âge;
  • solde migratoire des 15 à 24 ans;
  • nombre d'institutions, commerces et industries attestées ICI on Recycle;
  • taux d'inoccupation des résidences pour personnes âgées et autres;
  • consommation énergétique annuelle des bâtiments municipaux;
  • taux de recyclage et de valorisation
  • indice de la qualité bactériologique et physico-chimique des rivières;
  • nombre de participants aux programmes de reboisement des berges;
  • bilan carbone de Saint-Félicien;
  • nombre de participants aux programmes d’efficacité énergétique de l’AEE;
  • nombre de comités impliquant des citoyens;
  • taux d'activité par groupe d'âge;
  • proportion des dépenses d’approvisionnements alloués à des produits écoresponsables;
  • proportion du territoire occupé par les parcs et les espaces verts urbains.

Bilan

Le plan d’action de Saint-Félicien contenait 104 actions réparaties entre les 8 enjeux. Le bilan montre que 40 actions ont été accomplies, 28 sont présentement en cours de réalisation, 4 ont été planifiées et 32 n’ont pas été réalisées.

État d’avancement général du plan d’action 2007

État d’avancement Nombre Proportion
Réalisées 40 38.4 %
En cours 28 27 %
Planifiées 4 3.8 %
Non réalisées 32 30.8 %

 

Cette performance s’explique par le fait que le comité chargé d’assurer le suivi du plan d’action n’est plus en place, ce qui a provoqué une diminution importante de la mobilisation collective. De même, la collectivité a été au prise avec la réorganisation de l'industrie forestière et les menaces de fermeture d'usine. Malgré tout, une trentaine de projets dans et PAR la communauté ont eu lieu à l'intérieur de l'A21L.

Prochaines étapes

La prochaine étape consistera à diffuser le bilan auprès de la communauté. Par la suite, un nouveau comité Agenda 21 sera mis en place afin d’élaborer un nouveau plan d’action 2012-2015. Le comité envisagé comprendra une dizaine de personnes : un membre du conseil municipal, trois employés municipaux , deux représentants du milieu économique et quatre personnes de la communauté (Étoile du lac, novembre 2011). Enfin, à la suite de l'activation du comité, la municipalité compte organiser des états généraux pour consulter la population.

En conclusion, la mise à jour de L’état des lieux et le bilan du 1er agenda 21 félicinois permettront de redémarrer le processus de dialogue en vue d'un deuxième A21L. Le DD étant transversal, plusieurs enjeux restent encore non résolus. La mise en oeuvre d'un 2e plan d’action, mobilisateur et fédérateur, tant pour la collectivité territoriale et ses politiques publiques que pour la communauté et sa qualité de vie, reste un véritable défi.

Consultez les documents issus de l’A21L de Saint-Félicien

Comment citer ce texte ?

MARTIN, P. et C., GAGNON. (2007), BÉDARD, S. (2011). « L'Agenda 21e siècle local de Saint-Félicien : une stratégie de développement durable ». Dans GAGNON, C. (Éd) et E., ARTH (en collab. avec). Guide québécois pour des Agendas 21e siècle locaux : applications territoriales de développement durable viable, [En ligne] http://www.demarchesterritorialesdedeveloppementdurable.org/9550_fr.html (page consultée le jour mois année).

Pour aller plus loin...

ARTH, E. et C., GAGNON (2005). État des lieux de la communauté de Saint-Félicien dans une prespective de développement durable viable. Un premier pas vers un Agenda 21 local, Université du Québec à Chicoutimi, Saguenay, 61 p.

BEDARD, S. (2011). Mise à jour de l’État des lieux et bilan du plan d’action de l’Agenda 21 de Saint-Félicien

BEDARD, S. (2011). Mise à jour des indicateurs de l’état des lieux de la communauté de Saint-Félicien, à partir du cadre méthodologique de l’A21L de 2005

BRASSARD, A. (2005). Les faits saillants des discussions du l'état des lieux de Saint-Félicien, Centre québécois de developpement durable, Alma, 19 p.

Sites Internet

Dernière modification: 18 octobre 2013

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


trois × = 27

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>