Jeunesse et DD

 

Edith Tessier Roy,
avec l’équipe et les partenaires du PJDD

La collaboration : au cœur de projets étudiants en développement durable

Quelle est la contribution des jeunes au développement durable (DD) ?

La jeunesse est engagée, nous le constatons fréquemment. Au Québec, les jeunes adultes de 18 à 35 ans sont sollicités par une multitude de causes d’engagement. Ils réfléchissent, choisissent, agissent, parlent, se lèvent, contestent, bref, la jeunesse prend action pour un monde meilleur. En effet, les campus collégiaux et universitaires du Québec regorgent d’étudiants engagés qui mettent en application des initiatives de DD dans leurs établissements. À petite ou grande échelle, ils mettent en action leurs valeurs à travers des enjeux très diversifiés.

Les comités environnementaux ou de DD sont des fourmilières d’idées et d’actions où les associations étudiantes intègrent de plus en plus le DD dans leur mission pour favoriser un milieu d’étude sain et durable. Ensemble, leur contribution sur les campus est notable. Il suffit de penser à plusieurs actions initiées par les étudiants eux-mêmes qui ont grimpé dans l’échelon de l’établissement et/ou ont fait boule-de-neige dans d’autres campus par la suite.

Plusieurs autres exemples d’actions concrètes sont présentés dans la section "sur les campus" du PJDD.

Quels sont les liens entre la Stratégie d’action jeunesse et le DD ?

La Stratégie d’action jeunesse 2009-2014, lancée en mars 2009 par le premier ministre, vise à fournir aux jeunes les outils nécessaires à leur épanouissement afin qu’ils puissent se développer au meilleur de leurs capacités : « La jeunesse québécoise a démontré un intérêt et un engagement croissants pour la protection de l’environnement. Cette génération a bénéficié d’une sensibilisation dès le plus jeune âge, alors que les générations précédentes apprennent peu à peu à modifier leurs comportements. Les jeunes ne veulent pas être des spectateurs, mais des acteurs du changement. » (p.64).

Dans le cadre de cette stratégie, le Secrétariat à la jeunesse du Québec a intégré l’environnement comme l’un des six défis pour la jeunesse :

1.l’éducation et l’emploi;
2.l’entrepreneuriat;
3.la santé;
4.les régions;
5.la diversité;
6.l’environnement.

La création de postes d’agents en DD au sein des cégeps et universités a été mise sur pied via le programme de PJDD.

La force d’un partenariat : qu’est-ce que le PJDD ?

Comment s’est constitué ce partenariat?

Le PJDD est né d’un projet soumis par la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ) et la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) auprès du Secrétariat à la jeunesse dans le cadre de la Stratégie d’action jeunesse du gouvernement du Québec. En 2009, ces deux organisations ont décidé de s’unir à deux groupes jeunesse experts en DD : la Coalition Jeunesse Sierra (CJS) et ENvironnement JEUnesse (ENJEU). La collaboration entre ces quatre partenaires forme le PJDD.

Le projet est subventionné par le Secrétariat à la Jeunesse pour fournir aux étudiants universitaires et collégiaux des ressources pour la mise en place de projets de DD sur les campus à travers le Québec.

Comment fonctionne le PJDD ?

Afin de s’appuyer sur les organisations travaillant déjà dans le milieu, le PJDD est basé autour d’une table de concertation réunissant la FEUQ, la FECQ, la CJS et ENJEU.

Avec la coordonnatrice du projet, ces organisations établissent les priorités et les projets sur lesquels le PJDD se concentre. Quatre agents de terrain sont rattachés à l’équipe d’un partenaire afin d’être ancrés directement avec la réalité du milieu ainsi que pour combiner les efforts de tous en matière de DD.

Que fait le PJDD ?

L’équipe du PJDD est en contact avec les associations étudiantes, les comités environnementaux sur les campus et les acteurs jeunesse travaillant pour le DD. Ils réalisent notamment les actions suivantes :

  • renforcement des comités et groupes locaux (recrutement, organisation, formation, etc.);
  • assistance aux projets locaux (encadrement, conseil, support en ressources humaines, etc.);
  • coordination des efforts (développement d’un réseau, rencontre intercampus, etc.);
  • projets et outils éducatifs (concours de conférences, production de guides et fiches pratiques, etc.);
  • préparation de campagnes thématiques (écogestes dans les résidences étudiantes, cohésion pour des transports collectifs plus accessibles, amélioration des
  • services alimentaires, etc.);

Un exemple concret de campagne thématique

Le PJDD a notamment mis sur pied, en 2013, en partenariat avec la FEUQ, une

campagne créative de mobilisation nommée « 5° ». Selon les plus récents modèles du Consortium de recherche Ouranos, il y aura 5° de réchauffement climatique en moins de 100 ans. Se réchauffement causera d’innombrable effets négatifs, dont la montée du niveau des mers... C'est pourquoi le PJDD a lancé une campagne de sensibilisation auprès des associations étudiantes à cet effet. Ainsi, les étudiants sont encouragées à poser 5 actions concrètes pour atténuer les impacts négatifs de ce réchauffement. La première action sera donc de lever ses bas de pantalons comme symbole d’engagement envers le développement durable.

Quelle est la force de ce partenariat ?

La FECQ et la FEUQ représentent des milliers de jeunes impliqués dans les associations étudiantes sur les campus collégiaux et universitaires. En s’alliant à deux organismes jeunesse experts en éducation relative à l’environnement, ENJEU et la CJS, le partenariat devient un réseau solide d’organisations jeunesses qui ont à cœur l’engagement des jeunes dans leur société que ce soit pour défendre leurs droits ou pour augmenter la qualité de leur environnement. Ensemble, les quatre partenaires souhaitent répondre aux besoins des étudiants sur les campus selon leur grande variété d’intérêts pour autant que l’objectif soit de permettre de gérer durablement leur milieu.

Comment être un « campus développement durable »?

Il n’y a pas de définition précise d’un campus DD, car le nombre de solutions pour intégrer le DD aux campus est infini. Implanter une démarche de DD dans un milieu d’enseignement est un processus qui demande du temps, de la planification et de l’organisation. L’intégration du DD de façon transversale, c’est-à-dire à tous les paliers (administration, employés, comités, associations et étudiants), est sans contredit une clé de la réussite. Les étudiants ont un rôle primordial à jouer dans la mise sur pied des actions en DD dans un établissement d’enseignement. Il importe tout de même d’impliquer les différentes parties prenantes dans le processus. Rappelons-nous que c’est grâce à l’effort de concertation et à la participation de l’ensemble des acteurs concernés que de nombreux projets ont vu le jour.

Conférence sur les campus durables, Université Laval

Le concept même de DD est né au sein d’une commission des Nations Unies en 1987, fruit de la concertation de plusieurs représentants internationaux. Chaque campus est unique, mais il demeure possible de présenter une démarche qui s’applique de manière générale aux campus pour y réaliser des projets de DD. À cet effet, un guide intitulé Étapes clés pour une campagne efficace est disponible sur le site web du PJDD de même qu’un Guide pour une approche multipartite sur le site web de la CJS.

Voici les sept étapes proposées dans le guide du PJDD pour mener à bien une campagne :

1) Former un comité multipartite

Une telle structure de travail est particulièrement recommandée, car elle permettra de mettre à profit l’énergie, les connaissances et les compétencesPhoto : soirée d'information, UQAM de l’ensemble des personnes concernées par le projet. Avoir des alliés augmentera grandement les chances de succès.

Un comité multipartite vise à impliquer les différentes parties prenantes (acteurs concernés par la démarche) dans le processus. Une telle structure de travail est particulièrement recommandée, car elle permettra de mettre à profit l’énergie, les connaissances et les compétences de l’ensemble des personnes concernées par le projet. Avoir des alliés augmentera grandement les chances de succès.

Ainsi, un comité multipartite regroupe plusieurs acteurs de la communauté universitaire ou collégiale concernés de près ou de loin par le développement durable dans l'établissement (associations ou comités étudiants, syndicats d’employés et/ou de professeurs, direction d’un service spécifique, éco-conseiller, directeur ou coordonnateur du développement durable, Conseiller en approvisionnement responsable, Service d’entretien et/ou des immeubles, etc.). Selon les projets envisagés, l'implication de certains acteurs extérieurs au milieu universitaire ou collégial (organismes locaux, municipalité, MRC, ministères, etc.) pourrait être souhaitable. Les objectifs d’un projet multipartite sont :

  • le projet inclut des représentants de tous les groupes d’intervenants pertinents;
  • chaque personne impliquée connaît le mandat et les tâches du groupe;
  • le groupe multipartite est autogéré et permet à ses participants de déterminer ses règles, ses objectifs et ses tâches par recherche de consensus;
  • le processus est agréable pour les participants et tient compte des interactions informelles (construction d’un sentiment de communauté);
  • le processus stimule la créativité et l’innovation;
  • le consensus est recherché seulement après que tous les enjeux aient été explorés à fond et que des efforts significatifs aient été déployés pour tenir compte des différents points de vue au sein du groupe.

Le Guide pour une approche multipartite est très complet sur le sujet.

2) Évaluer la situation actuelle

Cette étape donnera les bases à partir desquelles le comité organisateur pourra établir et mettre en œuvre un plan d’action stratégique pour les actions à mettre en place sur un campus.

3) S’inspirer de projets existants, trouver des ressources

Effectuer une recherche afin de connaître des exemples de projets qui se sont soldés par un succès et d’autres qui ont rencontré des difficultés peut permettre d’identifier les éléments-clés, mais aussi les écueils à éviter. Cela peut faire sauver beaucoup de temps et d’énergie.

4) Fixer des objectifs généraux

5) Établir un plan d'action

6) Mettre en œuvre le plan d'action

Pour les étapes 4 à 6, il ne tient qu’au responsable de décider de ce qui correspond le mieux et de faire preuve d’ingéniosité. L’innovation est de mise pour concevoir une démarche qui réponde aux besoins et s’ancre dans la réalité du campus.

7) Évaluer les résultats obtenus et le degré d’atteinte des objectifs

Il est toujours important de poser un regard critique sur la démarche dans une perspective d’amélioration continue. C’est pourquoi une évaluation et un suivi de la démarche s’avèrent importants.

Des exemples de projets de DD des campus

La passe écolo, aussi appelée la U-Pass, instaurée au cégep de Saint-Hyacinthe.

Depuis septembre 2011, les étudiants ont fait le choix par référendum de payer désormais 50$ par session pour la passe d’autobus, qui comprend une foule d’avantages pour l’utilisation du transport en commun dans la région.

Communvélo, le système de vélo-partage du cégep de Jonquière.

Les vélos achetés à petit prix ou reçus en don par la communauté du collège étaient au nombre de 15 la première année. Le service a eu un tel succès que l’année suivante, la flotte de vélos s’est élevée à 25. Un atelier de réparation de vélo a été conçu et un étudiant a été engagé pour l’entretien de la flotte, en plus de pouvoir offrir le service à la population du cégep. Le système d’emprunt est simple : à la réception du cégep, on troque la carte étudiante contre un vélo pour une période de 24 heures. Les étudiants du cégep de Beauce-Appalaches sont en construction d’un système semblable.

Photo: Marie-Josée Marcotte, Cégep de Limoilou

Le Putrosaure du cégep de Limoilou en 2010

Ce projet, réalisé par les étudiants et les étudiantes, est une créature étrange qui a pour but de récupérer les déchets putrescibles dans la cafétéria. Les étudiants ont travaillé à créer cette poubelle pour la rendre sympathique, afin de rendre plus accessible la récupération de matière putrescible au sein de leur établissement. Afin d’aider les autres étudiants a bien identifier les déchets qui peuvent ou non être ingérés par la bête, les membres du Comité Environnement ont créé une page Facebouffe permettant de visualiser facilement ce qu’aime ou n’aime pas le putrosaure.

Et bien d'autres encore...

À l'Université du Québec à Chicoutimi, l'association étudiante a mis en place un système de prêt de vaisselle pour les événements écoresponsables, ainsi que des centres de tri des matières résiduelles, dont des bacs à compostage.

Photo : "Rock 4 water", Bishop University

L’idée d’interdire les bouteilles d’eau jetables à l'université de Bishop’s a commencé à germer lorsque des étudiants sensibilisés à la causePhoto ci-dessous : Julie Muyle, HEC environnementale ont lancé la campagne « Penser mondialement, boire localement » dans le but de conscientiser la communauté universitaire aux impacts négatifs de ces bouteilles sur l’environnement. La campagne a culminé avec la tenue d’un référendum au cours duquel la population étudiante a appuyé à plus de 75 % l’interdiction de vendre de l’eau embouteillée à Bishop’s.

Au HEC, le comité Humaniterre organise depuis les trois dernières années une simulation de bourse de carbone. Ce projet a sensibilisé plus d’une centaine d’étudiants au système de contrôle des émissions de gaz à effet de serre à l’échelle régionale. Puisqu’en 2013 le Québec se joint au Western Climate Initiative, il y aura une « Simulation Interuniversitaire Halte Émissions Carbone » de plus grande envergure ouverte aux équipes de toutes les universités québécoises.

Quel est le principal défi?

Le changement constant des personnes impliquées est sans contredit le plus grand défi que vivent les comités sur les campus. C’est pourquoi le PJDD a préparé une trousse de recrutement contenant une foule d’informations pour soutenir les groupes étudiants dans la consolidation de leur comité. Conçue spécialement pour les étudiants, elle vise à aider dans la mise en place des comités environnementaux et le recrutement de nouveaux membres via des étapes clefs et des activités originales. Elle permet également d’établir un diagnostic des comités environnementaux ainsi que de comprendre la structure interne des acteurs en DD sur un campus. Cette trousse à destination des étudiants comprend :

  • des affiches de recrutement pour aider à lancer ou relancer un comité environnemental ou de DD;
  • une grille d’analyse de recrutement d’un comité vert;
  • un rappel des étapes clefs du recrutement;
  • des fiches pratiques :
    - Pourquoi avoir un comité environnemental / DD ?
    - Comment organiser des activités de recrutement dynamiques ?
    - Comment tenir un kiosque efficace ?
  • un organigramme DD;
  • le calendrier des événements DD de l’année.

Comment les certifications « Cégeps verts du Québec » et « Campus durables » sont devenues des leviers d’action ?

Au Québec, il existe une certification au niveau collégial et une au niveau universitaire qui permettent aux campus de faire reconnaître leurs améliorations en termes de DD.

Cégep vert du Québec

ENJEU a lancé à l’automne 2004 une certification environnementale spécifique au milieu collégial. Lors de l’année 2004-2005, cinq cégeps de Montréal ont été

amenés à instaurer une culture de gestion environnementale et à intégrer l’éducation relative à l’environnement au sein de leur établissement. En 2012, le nombre d’institutions certifiées Cégep vert du Québec s’élève à 48 à travers la province. Cette certification est annuelle et touche l’ensemble de la communauté collégiale. Elle invite à la concertation, dans une perspective d’amélioration continue et de développement responsable et viable. Le programme est divisé en plusieurs niveaux de certification permettant d’implanter des bases solides selon une intégration réaliste, structurante et durable. L’atteinte du niveau de certification excellence, reflétant l’amélioration continue en matière de gestion environnementale, est le point culminant de cette démarche institutionnelle évolutive.

Campus durable

Campus durables est un projet national qui inspire, informe, forme et appuie les étudiants canadiens qui s'impliquent vers l'atteinte de l'équité sociale, l'intégrité écologique et la prospérité économique de leur campus collégial ou universitaire. Ces changements s'opèrent à travers la gestion même des établissements et de leurs opérations, à travers l'amélioration des plans de cours des différents programmes d'études offerts et par la mobilisation de la communauté du campus vers ces changements durables. Depuis 1998, Campus durables a travaillé avec des milliers d'étudiants dans le but de changer les systèmes injustes et non durables sur les campus par une approche basée sur les solutions ainsi que d'assurer que la voix des jeunes soit entendue par les décideurs.

Conclusion

À travers la Stratégie d’action jeunesse du Québec, les partenaires du PJDD relèvent depuis 2009 le défi de mettre en commun leurs missions pour soutenir directement les étudiants et contribuer à l’émergence de projets visant une gestion durable des campus. Au PJDD, la collaboration est mise de l’avant autant à l’interne qu’à l’externe de sa structure organisationnelle particulière. Pour l’avenir, espérons que ce programme en convaincra plus d’un qu’il est favorable de se regrouper pour l’atteinte d’objectifs communs.

Comment citer ce texte ?

TESSIER ROY, E., avec la collaboration de l'équipe et les partenaires du PJDD (2012). « La collaboration : au coeur de projets étudiants en développement durbale. Le Partenariat jeunesse pour le développement durbale (PJDD) ». Dans GAGNON, C. (Éd). Guide québécois pour des Agendas 21e siècle locaux, [En ligne] http://demarchesterritorialesdedeveloppementdurable.org/21817.html (page consultée le jour mois année).

Pour aller plus loin...

L'éco-citoyenneté, les jeunes et la mondialisation : des défis à relever, des opportunités à saisir

Nouveautés et activités du PJDD et des quatre partenaires

Partenariat jeunesse pour le développement durable (PJDD)

ENvironnement JEUnesse (ENJEU)

Forêt d'Arden

Coalition Jeunesse Sierra (CJS)

Stratégie d’action jeunesse 2009-2014

Secrétariat à la jeunesse du Québec

Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ)

Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ)

ÉVEIL association, pour l'éveil des jeunes à la citoyenneté (France)

 

Dernière modification: 28 février 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


× 1 = six

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>